AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [cachots] synthia ► let's talk

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: [cachots] synthia ► let's talk    Lun 11 Mar - 15:10


© krisdoll tumblr


Pour la première fois de l'année c'est à la lumière verte transperçant les rideaux de son lit à baldaquin que Aeresia ouvrit les yeux. Elle était absolument ravie d'être de retour à Poudlard et de pouvoir reprendre son petit manège auprès d'élèves parfois identiques à ceux de l'année précédente et parfois nouveaux comme avec les s.e.c.t.e qui débarquaient depuis l'année précédente à chaque rentrée. Ayant eut néanmoins le temps d'y réfléchir en peu plus pendant les vacances d'été, la jeune femme avait remis sur sa liste une cible qu'elle avait pendant un temps effacée. Bien décidée à commencer l'année comme il se devait, la septième année décida au réveil, un petit sourire aux lèvres, de commencer dès ce jour-là. Prête avant les autres Serpentard de son dortoir elle avait descendu les marches de la salle commune avec l'espoir de trouver celle-ci vide et avec un peu de chance de voir arriver seule sa cible lorsque cette dernière irai déjeuner. Elle s'installa sur un fauteuil vert près de la cheminée dans l'antre de laquelle un feu ne brûlait pas encore vu la période encore peu avancée de l'année scolaire. Les mains posées sur les genoux la jeune femme saurai se montrer patiente. Elle savait l'être lorsque c'était vraiment important et Merlin savait que ceci l'était.

◊◊◊◊


Un peu déçue de n'avoir pas réussit à croiser sa cible de la journée, c'est pantoise que Aeresia rentrait après ses premiers cours de l'année vers la salle commune de sa maison. Pourtant la journée n'était pas terminée et elle avait étrangement bon espoir d'apercevoir au détour d'un couloir la chevelure blonde dont elle avait besoin. « La terre appelle Aeresia, tu fais quoi? Me dis pas que tu vas déjà faire tes devoirs? » Eh bien étant donné l'importance de la septième année dans un parcours scolaire, ce ne serait pas une si mauvaise idée que cela..bon peut-être pas aux yeux de la Serpentard qui leva les yeux au ciel. « Bas voyons..faut que j'fasse un truc chez les serpents, on s'voit plus tard.. » Elle fit un petit signe de la mains à sa seule 'amie' Gryffondor avec qui elle venait de partager le dernier cours et continua seule son chemin vers les sous-sols du château. La chance finit alors par lui sourire. Près des cachots et donc de la salle commune elle remarqua enfin la silhouette recherchée, celle de Synthia Eden Grey, la nièce de l'actuel ministre de la magie. Il était facile de comprendre pourquoi elle représentait une cible très importante aux yeux de la brunette. Toutefois celle-ci savait que ce ne serai pas évident. Synthia s'était toujours montrée plus difficile que la plupart des gens. N'affectionnant apparemment pas vraiment les élèves de sa maison, elle avait toujours rejeté Aeesia qui dès l'entente de son nom de famille avait vu en elle quelqu'un à ajouter absolument à son carnet d'adresse. Néanmoins, après avoir échoué plusieurs fois, la jeune fille qu'elle était avait laissé tomber, se disant qu'un échec n'était pas bien grave surtout quand on voyait la quantité d'autres cibles qu'elle pouvait avoir. Mais voilà, l'arrivée de Raphael Grey au pouvoir avait tout changé. Désormais avoir une Grey dans son carnet représentait plus qu'un simple bonus, mais une réelle nécessité. Il la lui fallait. Aussi depuis la fin de l'année dernière elle ne la lâchait plus et cette année elle comptait bien reprendre son manège, en pire. C'est, là encore par chance, seule qu'elle la croisa, reconnaissant le badge de préfet accroché à sa poitrine et l'expression particulière qu'elle arborait, surtout quand elle la voyait d'ailleurs. « Bonjour Synthia. » fit-elle le plus naturellement du monde. Un petit sourire faussement amical, mais bien imité étira même ses lèvres rosées. « Comment vas-tu? Comment s'est passée ta première journée? » Elle détestait cela, faire sa gentille, c'était vraiment la partie la plus dure. Au moins lorsqu'elle était "amie" avec les gens, elle n'avait plus besoin de s'adonner à ses banalités, même si bien sûr elle devait toujours faire semblant. Synthia ne se laissait pas approcher et à chaque rencontre, Aeresia devait agir comme cela, "comme une Poufsouffle" pour reprendre ses mots. Cela lui était presque insupportable. Elle savait parfaitement bien que Synthia ne la portait pas dans son cœur et qu'elle se fichait même complètement d'elle et pourtant elle mettait sa fierté de côté et l'abordait tout de même : c'était une Grey, au bout du compte ça en vaudrait la peine. « Tu as passé de bonne vacances? Tu as vu de la famille peut-être..? » Au moins avec cette question elle pourrait obtenir des informations intéressantes, pas comme avec celle portant sur la journée de la blonde, dont elle se moquait au fond éperdument. En toute sincérité si Synthia n'avait pas été une Grey, jamais Aeresia n'aurait prêté attention à elle, sauf peut-être pour s'en moquer, parce que, il fallait l'avouer, la préfète savait être un peu..bizarre. À croire qu'elle n'était pas super contente d'être une Grey.
Revenir en haut Aller en bas
Synthia Eden Grey
Ambitieuse préfète de Salazard. Ruse, pouvoir & responsabilités
avatar
Ambitieuse préfète de Salazard. Ruse, pouvoir & responsabilités

ϟ Parchemins : 1634
ϟ Célébrité : Juno Temple



MessageSujet: Re: [cachots] synthia ► let's talk    Dim 17 Mar - 16:09


(c) ressourcesandtutorial


Lendemain de la rentrée. Mon mal de tête de la veille s’était envolé. J’avais pesté toute la soirée. Contre les élèves trop bruyants. Contre le choixpeau et sa chanson. Contre la répartition. Contre la directrice. Le moindre bruit m’horripilait. Même les mastications de mes voisins m’avaient mise hors de moi. J’avais passé ce premier banquet en compagnie d’Adrian. Autant dire que j’avais longuement espéré qu’il me parle. Qu’il me dise qu’il était désolé de ne pas m’avoir contacté durant les vacances. Qu’il ne voulait pas jouer à ce jeu avec moi ou qu’au contraire il était prêt à s’engager. Bref. Il aurait pu me dire n’importe quoi, je l’aurais presque pardonné sur place, tout ce que je voulais c’est voir qu’il avait pensé à me dire quelque chose. La déception fut flagrante. C’est bougon que j’avais quitté la table du banquet pour me rendre au dortoir avant de faire demi-tour, me souvenant que je devais servir de guide aux premières années. Avant de remettre les pieds dans l’école, j’avais été tentée de les perdre dans les cachots, histoire de leur faire leur première frayeur à Poudlard ; mais l’ignorance de mon meilleur ami m’avait enlevé toute en envie de jeu idiot. J’avais expédié la « visite », tout en donnant de bien sommaires explications. Attention à Peeves. N’énervez pas le Baron-Sanglant. Voici le mot de passe. Au fait, Poufsouffle n’en possède pas, n’importe qui peut y entrer (d’accord je n’avais pas été très fair-play). Vous êtes chez vous, filles à gauche, garçons à droite. Bonne nuit. A jamais.

J’étais dans les cachots. En vérité, depuis que j’avais quitté Poudlard l’année passée, je n’avais pas encore véritablement eu vent du départ ou non de l’ancien professeur de potions. J’espérais qu’il avait enfin pris ses affaires pour dégager s’enfermer à Ste Mangouste puisque pour tout un tas de raisons autres que professionnelles c’était là-bas qu’était sa place. Certainement pas à Poudlard à enseigner les potions. Bref. J’étais donc restée un bon moment à surveiller cette satanée porte. Je voulais savoir. Mais le professeur se déroba à mon regard à chaque fois. Je ne pus même pas apercevoir un doigt ou même entendre une parole. L’un ou l’autre m’aurait largement suffi pour déterminer s’il s’agissait de Harris ou non. Là encore, la déception était au rendez-vous. Il ne me restait plus qu’à faire une chose : chercher Owen. J’espérais au moins que je n’allais pas mettre trois jours pour le trouver dans ce satané château (je ne croyais pas si bien dire, mais là n’est pas le récit).
J’avais quitté mon poste d’observation, j’étais désormais en train de traverser les cachots lorsque mes yeux se posèrent sur un visage que je n’avais absolument pas envie de croiser. Certains avaient leur peste ou leur choléra à fuire, moi j’avais ma Rosywood. Une espèce de créature à apparence humaine qui tient absolument à vous prendre dans ses filets pour vous épingler de manière définitive dans son petit carnet d’adresses ; et pour vous y en ressortir lorsqu’elle en ressentait l’envie. Surtout quand elle en ressentait le besoin en fait. J’aurais bien voulu bifurquer dans un des nombreux couloirs que comportaient les cachots, mais même Poudlard était contre moi, pas de couloirs. Pourquoi vouloir me faire subir pareille discussion en un lendemain de retour. J’avais les traits froids et aucune compassion dans le regard, c’était tout ce qu’elle m’inspirait. Au début, quand elle avait commencé à chercher à attirer mon attention j’avais cru que cela aurait pu suffire. Une véritable acharnée cette Aeresia, à croire qu’elle avait du sang de Poufsouffle dans les veines. Soit. Cela ne suffisait pas. Je n’aurais jamais dû aller à sa rencontre il y a de cela quelques années. Je ne pouvais m’en prendre qu'à moi-même…
Flashback ;
Je sortais d’un cours de runes. J’avais décidé de continuer à suivre cette matière, mes notes me le permettant. Mais bien souvent je me demandais pourquoi ce choix saugrenu. J’espérais alors que je puisse finir par trouver un moyen de m’en servir. Pour un grimoire ancien qui me dévoilerait des formules secrètes et puissantes par exemple. Je ne voudrais pas avoir l’impression de perdre mes heures à l’étude de symboles étranges pour finir par me rendre compte que cela ne m’avait servi à rien. Bref. En sortant de ce cours horrible, je m’étais directement rendue dans ma salle commune. Je devais voir Damian, en secret. Cela faisait peu de temps que le Gryffondor hantait mes pensées, ma septième année semblait vouloir se commencer sous le thème de l’amour. J’en avais bien besoin pour oublier un peu Owen, et la limite que nous avions pu dépasser pendant les grandes vacances. Toutes ces pensées me firent roser les joues. Les hommes me faisaient sacrément tourner la tête. De ce fait, je ne faisais pas réellement attention aux membres de ma maison qui évoluaient dans la salle commune. Si bien que je bousculais, pour changer, une quatrième année. De taille normale, brune et un joli regard que je devais bien lui reconnaître. J’avais déjà entendu parler de cette gamine. Il paraissait qu’elle pouvait se montrer affreusement vipère. Une garce de plus chez les Serpentard, rien de nouveau sous le soleil. Le Choixpeau ferait mieux d’aller les envoyer chez les Gryffondor ou les Serdaigle, elles évolueraient tout aussi bien là-bas. Donc j’avais bousculé celle que mon esprit appelait la gosse. Je continuais mon chemin comme toujours. Les excuses ne faisaient pas partie de mon répertoire de bonne manière. En temps normal, cela en restait là. C’était sans compter sur le fait que la gamine me connaissait. Elle prononça mon nom.
End flashback
C’en était fini de moi, elle allait me pourchasser jusqu’à la fin de mes années à Poudlard. D’accord je n’étais pas à proprement parlé allée à sa rencontre. Mais avec le temps, je ne pouvais m’empêcher de penser que j’aurais dû faire un peu plus attention. Ce n’est pas pour cela que j’ai arrêté de pousser les gens qui étaient sur mon passage. L’élève de quatrième année était maintenant en septième année, et son discours ne semblait pas vouloir changer. « Bonjour Synthia. Comment vas-tu ? Comment s’est passée ta journée ? Justement je te cherchais. Cela te dérange si je m’assieds à côté de toi ? » Ces phrases me faisaient soupirer, aussi quand j’en entendis certaines, je fis de même. En fait, elle était exaspérante. Et insistante en plus de cela. « Tu as passé de bonnes vacances ? Tu as vu de la famille peut-être ? », je lui lançais un regard noir tout en entendant sa question. En trois jours c’était la deuxième fois que l’on s’intéressait à ma famille. Le fait de passer de Grey à Eden Grey n’avait, semblait-il pas résolu les choses. Non, cela m’avait ajouté encore plus d’histoire familiale sur le dos. La poisse.
Si bien souvent je ne voulais pas prendre la peine de lui répondre, cette fois-ci je fus assez réactive. « Justement, la semaine dernière j’étais à un brunch avec le Ministre, dans sa demeure secondaire. Oh il y avait du monde, dommage que tu n’as pas été invitée. N’aurais-tu pas assez de noms sur ta liste ? », j’avais décidé de me moquer. Elle me faisait perdre mon temps, je pouvais la faire tourner en rond. Cela dit, il n’y avait aucune raison à ce qu’elle sache que ce je venais de lui dire était une pure invention. Si brunch il y avait eu, je n’y aurais jamais mis les pieds, même le propre fils Rafael ne l’aurait pas fait !


DON'T JUDGE ME
©️ ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [cachots] synthia ► let's talk    Mer 17 Avr - 18:04

Le moins qu'on puisse dire c'était que Synthia n'avait pas l'air ravie de la voir. En même temps Aeresia avait beau posséder une persévérance qui la rendait presque aveugle à l'échec pourtant évident qui l'attendait, elle savait tout de même très bien à quoi s'attendre en abordant ainsi la blondinette. Il aurait fallut un miracle pendant l'été pour qu'elle s'adoucisse brusquement, et l'écossaise ne croyait pas vraiment aux miracles. Synthia ne l'avait jamais vraiment aimée. Et ce depuis le début.

FLASHBACK ; Elle avait entendu parler d'elle, il fallait qu'elle lui parle, qu'elles deviennent amies qu'elle la fasse entrer dans le cercle. Et à ce moment-là, alors qu'elle rejoignait la salle commune, pensant qu'elle pourrait peut-être l'y retrouver, elle ne savait pas qui elle était réellement. Elle était donc pleine d'espoir à l'idée de bientôt entrer dans les bonnes grâces d'une Grey, une Grey de Serpentard, une Grey normale donc. Enfin, à priori. Et une bouffée d'espoir en plus la gagna lorsqu'elle se fit bousculer. En temps normal elle aurait assassiné du regard la personne ayant osé faire une telle chose. Elle n'avait peut-être que quatorze ans, mais il ne fallait pas la sous-estimer. Elle méritait du respect et bien plus que la plupart des sous-êtres qui peuplaient Poudlard. Et par sous-être il fallait entendre bien entendu ces vermines de nés-moldus et autres impuretés. Bref, elle s'apprêtait à exploser en crise de nerf lorsqu'elle reconnu la blonde qui l'avait poussée. Justement la personne qu'elle aurait voulu approcher. La chance lui souriait apparemment. « Synthia. » fit-elle doucement alors qu'intérieurement elle bouillait de voir la personne qui l'avait bousculer s'éloigner sans le moindre mot. Elle aurait toute le temps de se venger un jour, mais il y avait plus important dans l'immédiat. Elle serai patiente. « Je..On se connaît pas, mais j'ai beaucoup entendu parler de toi. Tu..euh tu vas bien? » Elle était maladroite, elle n'en était pas à son coup d'essai, mais si on ne lui avait pas parlé de l'importance Grey elle n'aurait jamais pensé à approcher cette Serpentard si spéciale. Mais elle ne devait pas être si horrible, c'était une Grey.. FIN DE FLASHBACK ;

Le soupir que poussa la préfète alors qu'elle venait à peine de commencer à parler eut le don de l'agacer par avance. Elle avait vu juste cette fois-ci ne serai probablement pas différente des autres. Elle garda néanmoins son calme, c'était essentiel. Elle finirai bien par lui répondre de toute façon quitte à ce qu'elle doive insister un peu. Pas sûr que ça lui plaise, mais au moins elle aurait quelque chose à se mettre sous la dent. Synthia la surprit en fait en répondant presque immédiatement lorsqu'elle eut finit de la questionner. « Justement, la semaine dernière j’étais à un brunch avec le Ministre, dans sa demeure secondaire. Oh il y avait du monde, dommage que tu n’as pas été invitée. N’aurais-tu pas assez de noms sur ta liste ? » Si n'importe qui d'autre lui avait dit ne serait ce que la moitié de ce qu'elle avait dit avec le ton utilisé, Aeresia se serait déjà emportée depuis longtemps, en venant peut-être même aux mains, elle détestant qu'on la prenne autant de haut. Sauf que voilà c'était Synthia. Et Synthia avait beau l'énerver, elle avait beau ne pas avoir la moindre affection, le moindre intérêt pour elle qui ne soit pas lié à ses ambitions eh bien il fallait qu'elle finisse par l'avoir dans sa poche. Sa fierté l'aurait depuis longtemps poussée à laisser tomber son jeu vu les réactions de plus en plus désagréables de la jeune femme, mais Aeresia avait toujours ce qu'elle voulait. Peu importe le temps que ça lui prenait. Elle ravala donc sa fierté qui avait pris un sacré coup et se força à sourire. Elle ne montrerait pas à cette garce qu'elle l'avait touchée. Un jour elle se vengerait elle l'avait décidé le premier jour : Synthia paierai. Quand, comment tout cela n'était que des détails. Mais plus Synthia résistait et plus la vengeance d'Aeresia serait terrible. Jouant à nouveau la comédie comme elle savait le faire, celle-ci baissa les yeux humblement. « Je..Je n'oserai pas imaginer que le Ministre puisse un jour m'inviter à un brunch. » Un sourire carnassier décora ses lèvres lorsqu'elle releva ses prunelles bleues pour les poser sur son interlocutrice. « Mais je suis contente de savoir que je t'ai manquée là-bas. » S'accrochant au bras de la blonde dans un geste qui se voulait amical elle ajouta gaiement « Mais tu sais on peut rattraper le temps perdu.. » Nul doute que ça lui ferait les pieds à Synthia. Elle la rejetterai d'ailleurs sûrement, mais Aeresia avait développé une cuirasse d'acier et était prête à tout endurer.
Revenir en haut Aller en bas
Synthia Eden Grey
Ambitieuse préfète de Salazard. Ruse, pouvoir & responsabilités
avatar
Ambitieuse préfète de Salazard. Ruse, pouvoir & responsabilités

ϟ Parchemins : 1634
ϟ Célébrité : Juno Temple



MessageSujet: Re: [cachots] synthia ► let's talk    Mer 8 Mai - 16:55

Une plaie. Ni plus ni moins. Une de ces catastrophes que l’Egypte subissait. Une invasion de criquets. Une tempête de sable. Cela revient malgré tous les efforts que l’on fait pour la combattre. Petit résumé d’Aeresia Rosywood. La Serpentarde vénale qui tenait à faire de moi un nom de plus sur son carnet d’adresses. Un jour, j’avais bien faillit céder, ne serait-ce que pour éviter de la rencontrer à un détour des cachots alors que je n’aspirais qu’à me rendre tranquillement au terrain de Quidditch par exemple. Puis je m’étais rapidement ravisé, pensant que lui donner raison n’était absolument pas que ce je voulais mais ce qu’elle attendait. Je ne voulais pas voir un énième sourire narquois passer sur son visage parce qu’elle aurait fini par obtenir ce qu’elle désirait. Ainsi donc, je m’évertuais à l’envoyer balader de toutes les manières possibles et imaginables. Cela dit, elle faisait mieux de prendre garde à elle, cette année était l’ultime. Celle qui devait marquer ma mémoire. Autant dire qu’il y avait du boulot car chacune de mes années passées ici avaient une saveur différente des autres. Cette année je sentais que j’avais la gâchette de ma baguette magique facile. Je touchais la fin de près, le but n’était plus loin alors tous les prétextes étaient bon pour continuer à s’entraîner ; alors si en plus, je pouvais rabattre définitivement le caquet à cette vipère en la défiant pourquoi me priver de ce petit plaisir ? Cependant, chaque défi en son temps. D’abord Quiguer. Le professeur d’histoire de la magie, rien que ça ! Elle pouvait toujours attendre la peste de Rosywood. Dommage qu’elle ne s’améliorait pas avec le temps, cela m’aurait au moins diverti un peu plus, au lieu de m’agacer à peine la bouche ouverte.
Flashback ;
Un Synthia parvint à mes oreilles. Je gardais un soupir dans mon être pendant que je me retournais vers la jeune fille. Mon visage était tout ce qu’il y avait d’indifférent face à ce qui se venait de se passer et d’une arrogance maîtrisée. Un quoi, pouvait se lire sur mon visage, nulle paroles n’étaient nécessaire pour traduire le fond de ma pensée. Il était clairement notable que son intervention me faisait perdre mon temps et que j’avais bien d’autre fléreur à fouetter que de devoir supporter une énième insolente copié-collé de toutes les garces que l’on pouvait trouver à Serpentard. C’était déjà assez difficile de me supporter moi-même. Puis elle bafouilla. Une curiosité qui me piqua au vif. Elle avait vu le fantôme de Dumbledore ou quoi ? C’était quoi cette réaction. Encore une pauvre gamine que l’on avait éduqué selon des préceptes bien particuliers à tous les coups. Ce qu’elle me dit, ne fit que confirmer le fond de ma pensée. Oh tu as entendu parler de moi, comme c’est touchant. Et tu crois que tu es la première peut-être, que c’est une bonne raison pour venir me parler ? J’aurais encore préféré qu’elle me demande des excuses plutôt qu’elle me balance cette phrase d’une banalité affligeante. Qui n’a pas entendu parler de Synthia Grey. Que ce soit pour son nom de famille ou sa réputation taillée sur mesure ? Et c’était quoi la prochaine phrase qu’elle allait me dire pour espérer devenir mon amie. Oh je suis sûre que les rumeurs sont fausses à propos de toi et de ton cousin, ce ne sont que des jaloux. Je les emmerdais les jaloux. Et cette fille aussi. La pauvre venait de terminer son balbutiement, sur une question qui plus est, aussi je lui répondais du tac au tac. « Tu pollues mon air. Va chercher ailleurs tu seras gentille. » Comme toujours, je ne tenais pas compte des éventuelles conséquences. Vivre chez les Grey ça vous donne un certain avantage : la peur de rien, sauf de celui qui a fait de vous ce que vous êtes.
End Flashback.
Lorsqu’elle ouvrit la bouche pour me répondre je levais les yeux au ciel. Oh mais pitié, change de refrain ma pauvre fille pensais-je avec la méchanceté qu’elle m’inspirait. Je ne cachais pas mes réactions, les faux-semblants m’agaçaient lorsque je me retrouvais avec cette fille. A moins que ce ne soit sa fausse comédie ? Les deux cela allait sans dire. Je ne comprenais pas son acharnement. Au bout de tout ce temps était-il trop compliqué qu’elle s’imprime dans l’esprit mon refus catégorique ? Je ne voulais rien avoir à faire avec elle. Encore moins n’être qu’un nom parmi tant d’autres. Si elle venait me voir, c’était bien parce que selon ses critères j’étais quelqu’un. Et bien selon mes critères je serais la fille qu’elle n’atteindrait jamais. Je la sentais se rapprocher de moi. Instinctivement un mouvement de recul voulu s’emparer de moi, mais je restais de marbre attendant sa réplique qui lorsqu’elle vint me donna l’irrépressible envie de rire. C’est ainsi que je me retrouvais à sourire bêtement en même temps qu’elle. Certainement pas pour les mêmes raisons ! Mais mon sourire prit rapidement fin, lorsque ce que je craignais arriva. Le contact. Je me retenais de la balancer contre le mur du couloir. Il fallait que je reste calme. Je ne voulais pas être collée à cause de cette fouille-merde. Intérieurement j’aspirais à chercher le calme au fond de moi. Chose difficile lorsque la source de votre problème commence à partir sur un terrain déplaisant. Voilà qu’elle se mettait à vouloir me piquer au vif en affirmant qu’elle puisse me manquer. Elle devait bien se douter que c’était tout le contraire. Soit. Je la regardais de biais, avec cette indifférence qui était mienne, et je la laissais continuer. Mais ce fut presque la goutte qui faisait déborder le vase lorsqu’elle envisagea la possibilité de me tenir la jambe. Croyait-elle sincèrement que je n’allais pas broncher ? En fait, je rangeais de côté l’envie de l’éloigner de moi. Je fis ce que l’on n’attendait pas de ma part. Je posais ma main sur l’avant de son bras qui entourait le mien pour lui répondre. « Tu sais quoi maintenant que je commence à me rendre compte que je vais devoir quitter Poudlard je réalise avec tristesse que je n’ai jamais su t’apprécier à ta juste valeur. », je souriais niaisement, c’était le rôle de composition qui voulait ça, « Explique moi ce que je pourrais t’apporter et peut-être que je saurais accepter ta proposition. Après tout, autant d’acharnement, il faut que ça paye ! ». Voilà que désormais le ton de ma voix se voulait enjoué et que je collais presque ma tête, l’espace de quelques secondes, contre l’épaule de l’autre vipère. Jouons un peu, qu’elle ne soit pas la seule à rire intérieurement !


DON'T JUDGE ME
©️ ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [cachots] synthia ► let's talk    

Revenir en haut Aller en bas
 

[cachots] synthia ► let's talk

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bill Clinton : Talk is Money (al konprann se piyay!)
» Les cachots
» How to talk with me.
» Blabla Dodo / Sleep Talk
» Thranduil - Do not talk to me of dragon fire. I have faced the great serpents of the North

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mutinlutin Malinpesti :: Evanesco :: Archives :: Saison 3 :: Sujets inachevés-