AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Défi : Dorian vs Synthia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Illusions
Maître du jeu. Décide & éxécute.
avatar
Maître du jeu. Décide & éxécute.

ϟ Parchemins : 486


MessageSujet: Défi : Dorian vs Synthia   Mer 13 Mar - 0:43

DUELLISTES VEUILLEZ VOUS PRÉSENTEZ SUR L'ESTRADE

Dorian vs Synthia



Miss Eden Grey interviendra en premier.



N.B. N'oubliez pas que, vous ne devez pas décrire les effets qu'a votre sort sur votre adversaire, vous laissez ce plaisir à Illusions. De ce fait l'ordre des posts sera tout le temps de suivant : joueur 1 - Illusions - joueur 2 - Illusions - Joueur 1 ou 2, etc... Les posts des spectateurs peuvent sans problèmes s'intercaler.

(c) crédits images : sunlight ϟ shiya

Niveau du Pr. Quiguer : Dorian est professeur, et a par conséquent un niveau tout à fait respectable en Duel. Il connait un grand nombre de sortilège et enchantement. Durant sa scolarité où il n'était pas vraiment apprécié, il a fait l'objet de plusieurs défis presque toutes les semaines, et a donc dû rapidement se mettre à maitriser les sorts les plus utiles afin de ne pas être la risée de tous. Récemment devenu voleur de livres rares, il sait se montrer malin et déjouer les pièges. C'est d'ailleurs surement là que se trouve son point faible, à force de réfléchir à toute éventualité, il perd en rapidité.



Revenir en haut Aller en bas
Synthia Eden Grey
Ambitieuse préfète de Salazard. Ruse, pouvoir & responsabilités
avatar
Ambitieuse préfète de Salazard. Ruse, pouvoir & responsabilités

ϟ Parchemins : 1634
ϟ Célébrité : Juno Temple



MessageSujet: Re: Défi : Dorian vs Synthia   Ven 15 Mar - 23:23

Depuis la création du club duel j’avais toujours émis le désir secret et discret de défier un professeur, ne serait-ce que pour le plaisir de faire parler de cette folie soudaine, mais aussi pour changer un peu des habitudes du club. Si les règles étaient faites pour être transgressées, celles que l’on n’utilisait pas devaient être remises à l’ordre du jour. D’où mon annonce de défi la semaine passée. La rentrée m’avait offert une occasion en or. Un nouveau professeur qui plus est et qui ne me connaissant pas. Pas de réputation toute travaillée, pas de préjugés encore bien ancrés. Juste quelques rumeurs que l’on aurait pu lui colporter. J’avais foncé tête baissée. C’était idiot, je le savais. Mais je faisais sans conteste partie de ces personnes qui aimaient se tourner vers leur passé et qui aimaient aussi pouvoir se dire : je l’ai fait. Je ne voulais pas d’une vie toute rangée, toute propre. On ne m’avait pas habitué à cela. Serait-ce à cause de mes traumatismes que la folie dans les actions m’attirerait autant ? Je ne le savais pas. Par contre, j’appris assez rapidement que le cher professeur que j’avais défié avait accepté de se présenter en face de moi, sur l’estrade. Il allait être là. Il allait se battre contre moi. À l’annonce de cette réponse affirmative, je n’avais pas su fermer l’œil correctement. J’avais oublié mes soucis et mes envies latentes. Seul l’affrontement occupait mon esprit. La compétition faisait désormais partie de moi. Il n’était alors guère étonnant que l’arrivée imminente du duel magique me transporte et me rende impatiente.
C’était sur un total coup de tête que j’avais choisi ma potentielle victime. Un cours d’histoire, suivi d’un passage par le club duel pour renouveler mon inscription. Un jour d’hésitation et je défiais Monsieur Quiguer. Je ne savais rien de lui. Mis à part ce que se disait. Libraire au chemin de traverse, frenchie. Et je ne pouvais nier le trouver excessivement charmant. Toute cette nouveauté me faisait un bien fou. De quoi mettre de côté le temps quelques frivolités les Turner, Hennessy et même Owen. En réalité, c’était plus la perspective d’avoir défié un professeur capable de jouer le jeu au point de relever le défi qui me captivait autant.

Nous étions le jour du duel et j’avais eu l’impression que les cours ne passaient pas. J’étais libre en moitié d’après-midi, c’était dans ce créneau que le défi avait été prévu. Pourvu que le professeur ne soit pas retenu par Steadworthy l’originale ou une de ses nombreuses pâles copies. Je tenais à la réalisation de mon duel. D’ailleurs, j’arrivais juste à l’heure. Pas en retard non. À la minute près je passais la porte de la salle sous les yeux attentifs de ses occupants. Durant la journée, je m’étais longuement demandé si pareil duel allait attirer les curieux ? Après tout, une élève qui se bat légalement contre un professeur, n’était-ce pas pour le moins intrigant ? En tout cas si je n’avais pas été sur l’estrade, j’aurais été dans les premiers rangs du spectacle. Par curiosité malsaine. Soit.
Justement, le duel était sur le point de commencer. Je montais alors sur l’estrade en compagnie de mon très cher adversaire. Costume sur le dos et baguette en main, un professeur pour le moins original. Pour ma part, je ne pouvais que porter l’incontournable uniforme de l’école avec l’écusson des verts et argents, surmonté de mon badge de préfète. D’ailleurs à mon arrivée j’avais jeté un regard de défi (puisque c’était le thème de la journée finalement) à la directrice de Poudlard qui était l’arbitre du « match ». Ne serait-ce que pour essayer de savoir ce qu'elle pensait de mon envie ? Si elle avait un commentaire à me faire puisqu'elle savait si bien en faire à ma mère, pourquoi pas avec moi après tout ? Mais elle n’était pas l’objet de mon duel. Au centre de l’estrade vint le moment de se saluer. Je plongeais mes yeux vert bleu dans ceux de monsieur Quiguer. Comme c’était la seule fois où je pourrais être proche de lui, j’en profitais pour glisser doucement et d’un ton se voulant moqueur : « Professeur Quiguer. Que le meilleur gagne. » J’étais consciente de ma folie et j’aimais ça. Je lui tournais le dos pour m’éloigner des pas règlementaires. Se faisant mes pensées se bousculèrent dans ma tête. Je devais être bien trop sûre de mon niveau pour oser défier un adulte de la sorte. Cela dit, il ne fallait pas non plus le mettre sur piédestal, il n’avait quelques années de plus que moi. J’aurais presque pu le croiser dans la salle commune quelques années auparavant si je n’avais pas eu d’autres chats à fouetter. Nous étions donc sur un pied d’égalité. Restait à savoir quel était son niveau. Je connaissais le mien. J’étais sacrément douée en la matière, héritage des Eden qui voulait que les filles de la famille en plus d’être des blondes se dussent d’être des lanceuses de sortilèges excellentes. Des histoires de familles dont j’avais pris connaissance que récemment. Étrange je devais bien l’avouer, mais c’était ainsi. J'avais toujours été acharnée concernant les enchantements. Je devais mettre fin au règne du Ministre de la magie. Ce monstre allait payer.

Je me retournais et fis face au professeur. C’était le moment où je devais lancer un sort. Le moment où je devais choisir du thème de ce dernier. Devais-je le tourner en ridicule ou prendre tout cela au sérieux ? Et si j’oscillais entre les deux mondes ? Il n’était pas censé savoir mon affinité pour les duels. Et quand bien même les échos seraient allés jusqu’à lui, il ne saurait jamais à quel point je pouvais être liée à ce genre d’affrontement. Ma baguette et mon esprit étaient faits pour cela. Je levais ma main gauche prolongée de mon instrument de mon combat. J’étais sûre de moi. C’était le début du combat, j’étais dedans. Je ne pensais qu’à mon sortilège. Il était dans ma tête. Mes lèvres formèrent enfin le mot choisi : « Lashlasbask ». Voyons si j’allais être terrassée dans l’immédiat ou si la possibilité d’un amusement futur allait pouvoir se profiler.


DON'T JUDGE ME
©️ ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Illusions
Maître du jeu. Décide & éxécute.
avatar
Maître du jeu. Décide & éxécute.

ϟ Parchemins : 486


MessageSujet: Re: Défi : Dorian vs Synthia   Sam 16 Mar - 10:09


Intervention d'Illusions


Le sortilège a été correctement lancé. Dans une juste mesure.

Monsieur Quiguer c'est à vous de le contrer par l'attaque ou la défense.


Revenir en haut Aller en bas
Dorian Quiguer
La passion de Poudlard. Professeurs & personnel.
avatar
La passion de Poudlard. Professeurs & personnel.

ϟ Parchemins : 1211
ϟ Célébrité : Matthew Bomer



MessageSujet: Re: Défi : Dorian vs Synthia   Dim 17 Mar - 17:55

Il me fallut relire à plusieurs reprises. Au moins trois ou quatre fois. Non, je ne me trompais pas. Dorian Quiguer. Il s’agissait bien de moi. C’était bien mon nom qui se trouvait là, sur cette annonce. Pas n’importe quel genre d’annonce! Non! On venait de me défier! Synthia Eden Grey défie Dorian Quiguer en duel. Cela faisait bien longtemps qu’on ne m’avait pas défié de la sorte. Officiellement j’entends par là. Enfin, bien longtemps, pas tant que cela à vrai dire. Mon dernier duel officiel datait de ma dernière année en tant qu’élève à Poudlard. Il y a trois-quatre ans. Bon d’accord, ça faisait longtemps.
Qui était cette Synthia? Et pourquoi ce défi? Bon, elle était élève ici. Si je me souviens bien, il me semble l’avoir eu en cours d’histoire de la magie. Mon cours avait-il été si mauvais que ça pour qu’une élève veuille me défier? Certes, je venais d’arriver et il s’agissait de mon premier cours, mais tout de même!
Que devais-je faire? Elle était élève, moi professeur. Si je refusais, est-ce que je passerais pour un prof peureux aux yeux des autres élèves? Et si j’acceptais, comment les autres professeurs allaient-ils prendre ça? À vrai dire, je me foutais complètement de ce que les gens pourraient penser! J’avais décidé de venir enseigner à Poudlard afin de pouvoir m’entrainer légalement justement. Il fallait que je puisse devenir plus puissant pour que mon projet puisse aboutir. Et cette Synthia, peu importe qui elle est, venait de me donner une occasion en or. Si c’est parce qu’elle était douée en duel qu’elle en était venue à défier un professeur, tant mieux, ça n’en sera que plus intéressant pour moi. Et si c’était par pure inconscience, ou par prétention, et bien tant pis, peut-être que ça amusera les spectateurs. C’est décidé, j’accepte le défi.

Le duel avait lieu cet après-midi. Il me restait quelques heures pour me renseigner rapidement sur mon adversaire. Mademoiselle Eden Grey. Apprentie auror en dernière année. Cela s’annonçait intéressant. Et j’y pense! Grey? Comme le ministre de la Magie? Je déteste ce type! Enfin, surement aucun lien entre les deux, ou alors éloigné. Elle c’était Eden Grey. Bon, il fallait que j’arrête de me brouiller l’esprit avec ce satané ministre! Le défi approchait, j’avais mieux à penser. Il faudra que je fasse attention au sort que j’allais utiliser. Je ne pouvais pas me permettre d’utiliser ceux dont je pouvais me servir lorsque je m’introduisais dans les endroits où étaient gardés les livres que je me devais de dérober. Il m’arrivait souvent de pouvoir être surpris, donc il m’arrivait souvent de devoir me défendre. Mais il s’agissait souvent de sort purement de combat, et que je ne pouvais surement pas lancer à une élève au sein de l’école. Surtout qu’il y aurait Maureen Flitzer, elle sera là pour arbitrer, et je ne pouvais me risquer à être renvoyé pour un sort que je n’aurais pas dû lancer. Je détestais Maureen, quelle idée de m’avoir foutu au poste de prof d’histoire!
C’était l’heure. Je pénétrais dans la salle. Synthia n’était pas encore là. Je devais être en avance de 2 ou 3 minutes tout au plus. Des souvenirs remontèrent. Mon dernier duel en tant qu’élève à Poudlard. C’était contre un Serdaigle. Il pensait que j’avais triché, et m’avait donc défié pour essayer de prouver que je n’y connaissais rien en sortilèges. Le pauvre a dû regretter un bon moment. Allez arrêtons la nostalgie, mon adversaire vient de faire son entrée. «Une Serpentard» pensais-je. Mon ancienne maison ne me manquait pas vraiment. Elle s’approchait de l’estrade. Ça allait commencer. Je pris ma baguette, refis mon noeud de cravate et nous montions ensemble. Au moment de se saluer, je pus m’empêcher de penser «ouah» en voyant son regard. Magnifique. Un « Professeur Quiguer. Que le meilleur gagne » me réveilla aussitôt! Elle semblait narquoise, et sûre d’elle. Avait-elle l’intention de vouloir essayer d’humilier un professeur? Je fis les quelques pas qui obligeaient les duellistes à se retrouver à une distance savamment calculée par on ne sait qui et qui servait à on ne sait quoi! Sérieusement, lors d’un vrai combat, vous pensez sérieusement qu’on s’amuse à se retourner et à compter nos pas? Certainement pas non, je ne serais surement pas là aujourd’hui sinon. Filztter me fit un sourire. J’avais envie de lui faire une grimace en retour. Voulait-elle me dire d’y aller doucement, ou au contraire me disait-elle bonne chance d’un sourire moqueur ? Je ne lui rendis pas son sourire. Directrice ou pas, je m'apprêtais à faire face à mon adversaire, et il fallait que je reste concentré, après tout je ne savais pas de quoi était capable la Serpentard à qui je tournais le dos!

Ça y est, le nombre de pas réglementaire était fait, et je me retrouvais donc en face à face avec mon adversaire. Elle était concentrée, je l’étais aussi. J’avais décidé d’attendre qu’elle fasse le premier pas. Je voulais connaitre le but de cette élève. Pourquoi ce défi? Était-elle sérieuse? Voulait-elle simplement s’amuser avec des sorts ridicules? Voulait-elle prouver quelque chose? Je savais pertinemment quel sortilège j’utiliserais. Il était bien entendu, hors de question que j’utilise de l’ancienne magie. Bien qu’elle fasse partie de celle que je préfère. Ne connaissant pas les intentions de mon adversaire, j’avais donc opté pour un sort de défense, de ce fait peu importe le sortilège qu’elle m’enverrait, je ne risquais ni de la tourner en ridicule en lançant un sort qui fait rire, ni de mettre fin directement au combat avec un sort trop puissant si son but était justement de rigoler. Non, de la défense, seulement de la défense. Pour commencer bien sûr! Je voyais Synthia prête à lancer son sort, ça n’allait plus tarder. «Lashlabask» ça y est c’était fait. À peine la première syllabe qu’elle avait prononcée, je commençais à faire de même de mon côté « Protego». Le sort qu’elle m’a envoyé me fit plaisir. Elle ne prenait pas le duel forcement à la rigolade. Son sort est parfaitement calibré, ce duel s’annonçait intéressant. J’allais lui donner un duel sérieux.







♦️ Après un choix, tu t'demandes ce qui t'arrive
Tu t'dis c'est du délire
Tu souhaites qu'on te délivre
Pour qu'enfin tu puisses vivre
Que tu réapprennes à rire
Un choix peut-il être si violent au point de faire semblant d'être libre?
♦️


Dernière édition par Dorian Quiguer le Lun 18 Mar - 1:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Illusions
Maître du jeu. Décide & éxécute.
avatar
Maître du jeu. Décide & éxécute.

ϟ Parchemins : 486


MessageSujet: Re: Défi : Dorian vs Synthia   Dim 17 Mar - 22:58


Intervention d'Illusions


Si le sortilège de Miss Grey a été correctement exécuté, le sortilège de protection du professeur Quiguer est excellent.

Monsieur Quiguer c'est à votre tour de lancer un sortilège.


Revenir en haut Aller en bas
Dorian Quiguer
La passion de Poudlard. Professeurs & personnel.
avatar
La passion de Poudlard. Professeurs & personnel.

ϟ Parchemins : 1211
ϟ Célébrité : Matthew Bomer



MessageSujet: Re: Défi : Dorian vs Synthia   Lun 18 Mar - 13:02

Je me sentais un peu bête d’avoir lancé un simple sort de défense. Que penseraient les élèves d’un professeur qui dès le début d’un duel se protège face à son adversaire! Et que pensait la Serpentard en face de moi? Peut-être aurais-je dû attaquer moi aussi dès le début du combat? Peut-être aurais-je du essayer de la désarmer dès les premiers instants? Non, je serais surement passé pour un professeur ignoble et sans pitié! C’était à peine la rentrée à Poudlard, si je l’avais désarmée dès le début, elle m’en aurait surement voulu pour le restant de l’année, et ça n’était pas dans mon intérêt de me faire des ennemis tout de suite. Il fallait que je puisse rester aussi longtemps que possible au sein du corpus enseignant. Il fallait aussi que je gagne un peu plus la confiance de la directrice afin de pouvoir me balader tranquillement dans l’école sans être surveillé. Et il fallait bien sûr que je gagne ce duel. Ça, c’était une certitude. Il était absolument hors de question que je me fasse ridiculiser par une élève. Je l’avais suffisamment été à mes débuts parmi les Catherine De Médicis, et j’avais décidé que ça n’arriverait plus.

Le sort que m’a lancé la Miss Eden Grey a frappé de plein fouet mon protego. Par chance je maitrisais parfaitement cette protection. Elle ne figurait pas parmi mes préférés, mais c’était efficace. Mon protego ne céda pas devant la gerbe d’étincelles brulantes arrivant droit dessus. Je sentis tout de même à travers la puissance du lashlabask de Synthia. Elle est déterminée. Je crois que ça ne fait aucun doute. Je lançais un petit regard discret en direction des spectateurs et de Filztter. Apparemment pas de rire moqueur quant à ma décision d’avoir voulu me protéger.
Mon adversaire me regardait. Elle me défiait. Même de loin, son regard bleu vert me troublait. Dorian, ressaisis-toi, ce n’est pas le moment. Il était plutôt temps de penser quel sort j’allais lui lancer. Il était temps de passer à l’offensive. J’avais vu ce que je voulais. Elle était ici, sur cette estrade, pour un duel. Un vrai duel, pas le genre de mauvaises farces que les élèves se lancent entre deux cours. Je ne connaissais pas son niveau, mais il me semblait bon à en juger la précision et la puissance qu’elle venait d’avoir. Elle était en dernière année. Seulement trois ou quatre ans nous séparaient. Pas plus. Peut-être était-elle plus douée que moi? Ou au moins autant? Il fallait que je me méfie. Que je sois prudent. Cette élève qui avait eu le cran de défier un professeur dès la rentrée devait forcément avoir un bon niveau. En duel tout du moins. Ma baguette mourrait d’envie d’en finir au plus vite. Je sentais son énergie m’envahir. En sentant ce fluide prendre possession de tout mon corps j’avais pensé à rendre muette la baguette de mon adversaire, mais il s’agissait d’ancienne magie, il fallait que je trouve autre chose. Et il fallait que je trouve rapidement. Oh bien sûr, j’avais bien d’autres sorts en tête, mais était-ce bien raisonnable?

C’est décidé, je lancerais un de mes sorts préférés. Enfin, un de mes sorts préférés qui est avouable. J’observe ma victime. Elle se trouve à seulement quelques mètres de moi. Je la fixe. Plonge mes yeux dans les siens. Cette fois, son regard ne me trouble pas. Non, pas le temps pour être troublé, il y a mieux à faire. Je suis prêt. Ma baguette aussi. Ma vision se focalise sur mon adversaire, seulement elle. Le reste s’obscurcit, disparait de mon champ de vision. J’aime cette sensation. Je respire lentement. J’entends les battements de mon coeur. Le sort de protego m’avait obligé à me recroqueviller. Je me relève lentement mais surement. Ma baguette attend elle aussi. Je ne sais pas si je suis le seul à m’en rendre compte, mais le bout de baguette diffuse une faible lumière blanche. Elle est prête. Je suis presque entièrement debout. Je dénoue légèrement mon noeud de cravate. C’est le moment. Une lente et profonde respiration. D’un geste déterminé, mon bras pointe en direction de mademoiselle Eden Grey. D’une voix puissante et régulière, je prononçais le sort que j’avais choisi. «Glacius»
J’avais entendu ce mot tellement de fois. Le prononcer me procurait à chaque fois le plus grand bien. Je me sentais heureux. Je crois que si mon oncle m’avait laissé faire lorsque j’avais enfin pu avoir ma baguette, glacius aurait été le premier sort que j’aurais lancé. Il me faisait penser à mon père.
Maintenant, voyons comment Synthia allez s’en sortir. Si le sort fonctionnait, le combat ne serait pas pour autant terminé. Après tout, un duel se termine lorsqu’un des duellistes se retrouve désarmé et pas avant. À moins que Filztter y mette fin elle même.







♦️ Après un choix, tu t'demandes ce qui t'arrive
Tu t'dis c'est du délire
Tu souhaites qu'on te délivre
Pour qu'enfin tu puisses vivre
Que tu réapprennes à rire
Un choix peut-il être si violent au point de faire semblant d'être libre?
♦️
Revenir en haut Aller en bas
Illusions
Maître du jeu. Décide & éxécute.
avatar
Maître du jeu. Décide & éxécute.

ϟ Parchemins : 486


MessageSujet: Re: Défi : Dorian vs Synthia   Mar 19 Mar - 17:33


Intervention d'Illusions


Le sortilège de Monsieur Quiguer est exécuté comme il se doit.

Miss Eden Grey la riposte vous appartient.


Revenir en haut Aller en bas
Synthia Eden Grey
Ambitieuse préfète de Salazard. Ruse, pouvoir & responsabilités
avatar
Ambitieuse préfète de Salazard. Ruse, pouvoir & responsabilités

ϟ Parchemins : 1634
ϟ Célébrité : Juno Temple



MessageSujet: Re: Défi : Dorian vs Synthia   Lun 25 Mar - 12:24

Je pus savoir si dès le début j’avais affaire à un professeur incompétent ou non. Histoire de la magie. Généralement, les enseignants qui nous dispensaient de cette matière étaient loin d’être des doués de la baguette magique. Pour preuve, l’ancien professeur fantôme qui avait longuement occupé ce poste. Soit. Je m’attendais donc à un adversaire de piètre qualité, quand bien même ce dernier était flambant neuf. Un adversaire qui aurait choisi comme planque un métier pas très compliqué, il suffisait de lire des livres pour faire ce genre d’enseignement, pouvait ne pas être compétent en une autre discipline que la récitation pure et simple des manuels d’histoire. Néanmoins, le choix de sortilège du professeur me laissa assez perplexe je devais dire. Protego ? Certes il s’était très bien protégé. Mais ce passage immédiat en mode tortue ne me donnait pas forcément envie de croire que le duel allait être passionnant. Où était l’originalité ? La folie ? La passion du duel ? C’était presque pire que d’avoir un adversaire qui ne valait pas la peine de se battre. Avoir un duelliste qui en face de soi préférait laisser passer les sorts et ne pas attaquer. J’espérais alors qu’il aurait l’audace de contre-attaquer. Et non pas de passer son tour en attendant que je m’impatiente. Qu’il essaye seulement d’user d’une telle stratégie avec moi. Je l’enverrais au tapis en un éclair, sans lui laisser la moindre chance. Je me savais capable de le faire. Je n’avais ni remords ni crainte à avoir. Alors je préparais mon sortilège pendant que le temps de sa riposte était arrivé. J’avouais hésiter entre un bon sortilège de cinquième année que je maîtrisais sur le bout de la baguette magique puisque j’avais largement eu le temps de le perfectionner ; ou bien alors d'user du sortilège made in Anneso Eden Grey. Juste de quoi innover un peu et en mettre plein la vue à l’autre, là, qui nous regardait en silence. Maureen.
Je haïssais Maureen pour des raisons tout à fait personnelles. Cette inimitié était, il fallait bien le reconnaître, un des moteurs de ma participation au club duel. Si bien entendu j’avais dans l’esprit et dans le corps la vengeance de mes petites années ; j’avais également envie de faire mes preuves face à cette ancienne Serdaigle qui donnait l’impression que l’on ne pouvait pas l’atteindre. Il paraissait que ma mère et elle, quand elles étaient toutes deux à Poudlard, se livraient souvent à ce genre de petits duels. Mais que Maureen aussi jeune qu’elle était par rapport à ma génitrice l’emportait toujours. Il y avait comme une dette familiale sous cette histoire. Son air supérieur et suffisant n’était pas de mon goût. J’étais la fille d’Anne-Sophie, aussi je savais par avance que la directrice me laisserait passer ce genre de folie. J’étais même persuadée qu'au fond d’elle, elle attendait le moment où mon état de rancœur serait tel que je pointerais ma baguette magique vers elle. Et pourquoi pas maintenant d’ailleurs ?

Monsieur Quiguer sembla vouloir ajouter un nouveau point de confection au nœud de sa cravate. Décidément, il avait un sacré souci avec son vêtement. Il l’avait resserré au commencement, et maintenant qu’il venait de se redresser et de quitter la formation tortue, il le desserrait. Le duel finirait-il par devenir intéressant pour lui ? Son regard rencontra le mien, à cet instant je me préparais à faire preuve de rapidité et à exceller. Je gardais en tête l’enchantement de ma mère, sans pour exclure non plus la possibilité de me protéger à mon tour. Ne sait-on jamais ce qui pouvait sortir de la baguette du professeur. C’est pourquoi si j’avais déjà une parade en tête, j’étais prête à changer de stratégie dès qu’il ouvrirait la bouche. C’était ce que j’aimais particulièrement dans les duels. Ce battement de quelques secondes où l’improvisation prend le pas sur l’imprévu. C’était, selon moi, ces quelques secondes qui permettaient de juger de la qualité d’un sorcier. On voyait de suite s’il était capable de s’adapter, ou bien s’il ne faisait que réciter par cœur les sortilèges pour lesquels il avait le plus d’affinité. J’aimais les duels hétérogènes ! J’aimais le changement !

« Glacius ! »
Et quel changement ! Un sourire se dessina sur mes lèvres à l’entente du mot. Je changeais du tout au tout. Cette fantaisie inattendue me réjouissait, et cela se voyait extérieurement. Je tendis au maximum mon bras tout en esquissant un petit pas décidé vers l’avant. « Lacornum inflamare. » Sortilège de base qui une fois travaillé, pouvait s’avérer efficace. Alors si monsieur Quiguer voulait refroidir l’atmosphère, moi j’étais prête à la réchauffer. Et là encore, de nouvelles secondes d’excitations défilèrent. Je voulais voir se dérouler devant moi la rencontre des sorts opposés. Qui des deux l’emporterait en puissance ? Allais-je finir avec un membre dans la glace ? Le magnifique costume du professeur allait-il être réduit en cendre ? Soit dit en passant, cette dernière perspective pouvait s’avérer des plus amusantes. Lui qui ne quittait jamais le costume. Ce qui était d’ailleurs assez étrange pour un professeur. Les professeurs avaient pour habitudes de paraître tout ce qu’il y a de plus conservateur malgré les années qui passaient. À voir déambuler Quiguer dans les couloirs, un première année qui n'aurait pas l’habitude pourrait avoir l’impression de voir se promener comme si de rien n’était un moldu dans l’enceinte de l’école.
Le moment de la rencontre des sortilèges étant imminent, je levais furtivement mes yeux vers le professeur, sans pour autant relâcher la pression, pas question de perdre pour une provocation. J’espérais croiser son regard pour lui afficher une mine sûre de moi et défiante. Dire que ce sort m’avait enjoué serait peu dire. En un mot, il venait de me redonner goût au duel. Comme je le pensais plus tôt, le changement il n’y a que ça de vrai. Si la suite de l’affrontement devait se dérouler de la sorte, entre sortilèges communs et sortilèges qui le sont un peu moins, j’irais très certainement le voir à la fin. En privé. J’aurais bien une proposition à lui faire au jeune professeur.


DON'T JUDGE ME
©️ ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Illusions
Maître du jeu. Décide & éxécute.
avatar
Maître du jeu. Décide & éxécute.

ϟ Parchemins : 486


MessageSujet: Re: Défi : Dorian vs Synthia   Lun 25 Mar - 22:46


Intervention d'Illusions


Les sortilèges de Miss Eden Grey et Monsieur Quiguer se rencontrent. Les effets des enchantements ne se dissipent pas totalement. Miss Eden Grey aura son bras gauche endolorit par le froid et de la glace se formera sur les pointes de ses cheveux. Professeur Quiguer, la main tenant votre baguette sera extrêmement chaude et une partie de votre costume (à vous de choisir) se doit être légèrement brûlée.

Monsieur Quiguer, c'est à vous de reprendre les hostilités.



Revenir en haut Aller en bas
Dorian Quiguer
La passion de Poudlard. Professeurs & personnel.
avatar
La passion de Poudlard. Professeurs & personnel.

ϟ Parchemins : 1211
ϟ Célébrité : Matthew Bomer



MessageSujet: Re: Défi : Dorian vs Synthia   Mar 26 Mar - 18:21

Lorsque j’entendis le « Lacornum inflamare » de mon adversaire je put m’empêcher de penser salle peste. M’enflammer ! Moi ! Pour qui elle se prenait celle-là ? Une Serpentard, quoi de plus étonnant en fin de compte. Bon certes je fus l’un d’eux aussi, mais je ne l’ai pas vraiment bien vécu. J’y étais parce que l’on m’a dit d’y être.
Nos deux sortilèges allaient se rencontrer. Se percuter de plein fouet. Mes sourcils se froncèrent, mes yeux se levèrent et croisèrent ceux de Mademoiselle Eden Grey. Se fut très bref, mais l’espace de cette demie seconde je put sentir l’engouement de la peste. Elle avait pris plaisir à lancer ce sort. Ça ne faisait aucun doute. Elle m’avait défié, c’était la raison même de notre rencontre sur cette estrade en ce moment même. Mais elle continuait de me défier, là, encore, devant les élèves et professeurs venus observer ce duel. Devant Filztter aussi, qui avait l’air de prendre goût au spectacle ! Je n’en espérais pas tant d’une élève. Elle aimait ce qu’elle faisait, et de mon côté j’aimais qu’elle y mette du sien.

Le choc fut brutal. Je ressentis encore une fois toute la puissance du sort que mon adversaire venait de m’envoyer avec grâce. Elle est douée. J’avais en face de moi pour, mon premier défi officiel, un adversaire respectueux de ce que veux dire le mot duel. J’en étais ravi. La rencontre de nos attaques respectives dura un petit laps de temps. Je ne saurais vous dire combien exactement tant je suis resté concentré. Quand le lien fut rompu, je sentis une chaleur extrême sur ma main droite, comme si elle se consumait. Mais cette chaleur n’était presque rien comparé à celle qui était en train d’envahir mes joues. Une rage sans nom se mit à m’envahir. Oh ce n’était pas parce que je n’avais pas mis assez de puissance de mon sortilège, non. Ça, ce n’était pas grave, le duel n’était pas fini. Mais... ma cravate ! Le bout de ma cravate était en train de partir en fumée. Le bout de ma cravate se consumait tel un brasier ! Le bout de ma cravate était incandescent ! Salle peste ! Je ne voyais que ça. Ma cravate. J’en oubliais ma main. En voyant les dernières braises s’arrêter, la rage redescendit. Ma cravate. Elle ne pouvait pas comprendre. Personne ne le pouvait d’ailleurs. Ma cravate fait partie de moi. Ma cravate, c’est une partie de moi. Ma cravate est pour moi aussi importante que ma baguette. D’ailleurs, sans cravate, où rangerais-je ma baguette ? Elle était taillée d’une longueur telle qu’on puisse n’y mettre que la mienne. Ma cravate était aménagée en porte-baguette. Un compartiment spécial l’habitait dans son revers. Un compartiment qui de par sa forme ne pouvait accueillir qu’une seule baguette. La mienne. Oh bien sûr, ce n’est pas la seule cravate porte-baguette que j’ai, mais chacune d’entre elles est unique. Chacune d’entre elles a été confectionnée avec soin. Chacune d’entre elles n’existe qu’en un seul exemplaire. Celle d’aujourd’hui venait de mourir au combat. La rage fit place peu à peu à la colère. Elle fit place à une envie de vengeance. Je suis certain que certains spectateurs riaient de mon sort. Du sort de ma cravate. Mon adversaire en riait peut-être elle aussi. Je ne sais pas. Je ne l’ai pas encore regardée. Je n’eus qu’une envie sur le moment, ma cravate avait péri, mon adversaire périrait. J’avais bien Avada Kedavra en tête. Elle paiera pour son acte. Mais soyons sérieux, j’avais pensé ce sort seulement pour ma cravate. J’eus d’ailleurs un léger rictus en pensant ça. Un professeur lançant un sort impardonnable à une élève au sein de Poudlard devant sa directrice. Non. J’étais en plein duel. Mais ce n’était pas un duel de rue. Je ne l’avais pas oublié malgré le sort tragique de ma fidèle compagne. Et puis un sortilège de la sorte aurait été beaucoup trop simple. Elle n’aurait pas souffert. Je relevais lentement la tête observant de haut en bas le corps de Miss Grey. Grey. Je l’avais oublié celui-là ! J’eus un deuxième léger rictus en pensant si c’est de la même famille, elle l’aurait bien mérité après tout. Durand le moment où je relevais la tête le sort Exuro me vint à l’esprit et parfaitement adapté à la situation. Elle avait fait flamber ma cravate, elle finirait incinérée vivante. C’était une vengeance tout à fait honorable et respectueuse quant au destin de ma cravate. Avant d’arriver au visage de ma future victime, j’aperçus celui de Maureen. Encore là, celle-là. Elle me regardait avec des yeux qui disaient presque : n’y pense même pas ! Elle me gonflait aussi elle. Bien sûr que si j’y ai pensé. Mais je ne suis pas fou, je n’allais pas non plus lancer Exuro, un sort de magie noire, sur une élève. Même si elle le méritait. À la seconde même où je l’aurais lancé, la directrice serait intervenue, et je me serais retrouvé à Azkaban avant même de savoir ce qu’il se passait. Je détestais Maureen. Ça oui. Mais tout le monde savait qu’elle était d’une très grande puissance. Je le savais aussi. Et je le répète, je ne suis pas fou, je ne suis pas encore prêt à pouvoir affronter Maureen en duel. L’idée de me retrouver à Azkaban me parut alléchante, quoiqu’un peu embarrassante, puisque je n’aurais pas été plus avancé. J’aurais était enfermé, comme mon père, voilà tout.
Non, au moment même où ma cravate avait pris feu, je connaissais la suite du duel. J’étais loin d’être voyant, mais ce serait elle, ou moi. C’était ainsi dans un duel, et ça ne pouvait être autrement. On pouvait aussi se battre jusqu’à épuisement jusqu’à ce que l’un des deux abandonne, tout simplement. J’avoue que c’était ce à quoi j’avais pensé au tout début du combat. Mais en osant bruler ma cravate, l’envie d’en finir prit le dessus.
Mes yeux arrivaient à hauteur de son visage. Mon Glacius avait eu quelques effets aussi. Elle avait des partis de ses cheveux gelées. J’espère qu’elle y tenait autant que je tenais à ce qu’elle a réduit en cendre sur quelques centimètres. Je plissais mes yeux, la regardait. Ce n’était pas provocateur. Je savais ce que je faisais, ou plutôt ce que je m’apprêtais à faire. Je ne voulais pas qu’elle voie en face d’elle quelqu’un en colère. Je ne l’étais plus. J’étais en paix avec ma cravate. Elle serait vengeait, et pourrait partir tranquille. Cette pensée m’avait apaisée. Ça ne se voyait surement pas à l’extérieur, mais j’étais serein en mois même. Je ne sais pas ce que mon adversaire voyait en moi à ce moment précis. Mais j’espérais qu’elle voit quelqu’un pouvant être dangereux. Quelqu’un en qui elle pouvait avoir peur en ce moment précis. Je savais. Surement le sentait-elle aussi. La fin du duel est proche. Elle. Moi. Et nos deux baguettes. L’un de nous sera vaincu. L’une d’entre elles prendra le dessus sur l’autre. Je sentis un autre rictus se former avant de laisser place à mes mots qui avaient été choisis à l’instant même où j’avais vu ma cravate s’enflammer : « Expelliarmus. »
Le moment où j’avais pointé ma baguette en direction de celle de la partie adverse, je sentis la chaleur émaner de ma main. Synthia n’y était pas allé de main morte. La douleur était là. Mais la douleur était faite pour se taire. Il n’y avait pas de place pour elle dans un duel. Il fallait la vaincre. C’était un duel supplémentaire, mais nécessaire. Combien de grands sorciers ont perdu un duel parce qu’ils n’ont pas su la dompter ? Surement plus qu’on ne le pense. Je ressentais la douleur, mais mon esprit la combattait. Je me plaindrais après. Pour l’heure, le duel était le plus important.







♦️ Après un choix, tu t'demandes ce qui t'arrive
Tu t'dis c'est du délire
Tu souhaites qu'on te délivre
Pour qu'enfin tu puisses vivre
Que tu réapprennes à rire
Un choix peut-il être si violent au point de faire semblant d'être libre?
♦️
Revenir en haut Aller en bas
Illusions
Maître du jeu. Décide & éxécute.
avatar
Maître du jeu. Décide & éxécute.

ϟ Parchemins : 486


MessageSujet: Re: Défi : Dorian vs Synthia   Mer 27 Mar - 0:17


Intervention d'Illusions


Le sortilège du professeur Quiguer est correctement lancé. Avec force et ténacité.

Miss Eden Grey il faudra vous protéger ou bien riposter. Faites le bon choix.



Revenir en haut Aller en bas
Synthia Eden Grey
Ambitieuse préfète de Salazard. Ruse, pouvoir & responsabilités
avatar
Ambitieuse préfète de Salazard. Ruse, pouvoir & responsabilités

ϟ Parchemins : 1634
ϟ Célébrité : Juno Temple



MessageSujet: Re: Défi : Dorian vs Synthia   Dim 31 Mar - 16:21

Les sortilèges se rencontrèrent. Je maintenais fermement ma baguette magique. Je devais tenir bon. Je voulais voir l’effet de notre rencontre. Les deux éclairs se touchèrent et les effets se firent sentir. L’enchantement se propagea le long du lien qui nous unissait, jusqu’à arriver dans mon bras. Je sentis la pression s’emparer de moi. Il y avait de la puissance dans le sort du professeur Quiguer, si bien que je réussis à tenir bon tant bien que mal. Le froid sembla s’emparer de moi. J’eus des frissons. Le bras tendu, je laissais glisser mon regard vers mes cheveux. Ces derniers commèrent à se congeler. Mes cheveux, ms pauvres cheveux. Déjà qu’ils avaient du mal à ressembler à quelque chose de présentable en temps normal, ils étaient en train de passer un sale quart d’heure. Dans le fond, je m’en moquais assez. L’uniforme aurait tout aussi bien pu se refroidir lui aussi que ma réaction aurait été la même. Je finirais par les réchauffer. Ils redeviendraient comme ils avaient l’habitude d’être : emmêlés, désordonnés et donnant l’impression de ne pas connaître la notion de coiffure. J’avais beau essayer de vouloir en faire quelque chose, bien vite je finissais par me retrouver avec cette horrible tignasse. Tantôt bouclés, tantôt lisse, tantôt épais, tantôt attachés ; le résultat demeurait le même. Mon adversaire pouvait donc transformer autant qu’il le désirait mes cheveux, je n’en avais strictement rien à faire tant que je pouvais les récupérer par la suite. Mais qu’il essaye seulement de les réduire en cendres comme j’avais tenté de le faire avec son costume, là je deviendrais bien moins compréhensive. Plus du tout même. D’ailleurs, en parlant de s’enflammer le spectacle qu’il m’offrit avec sa cravate était des plus plaisants. De toute évidence, l’effet de mon sortilège était loin de lui faire plaisir. J’aimais particulièrement les expressions de son visage. J’essayais de déceler ses sentiments. Mais cela me semblait tellement sur joué que je ne voyais que de la dérision. Cela dit, la perte d’une partie de sa cravate semblait être de la même teneur qu’un drame national. Pire que les moldus qui apprennent notre existence. Pire que l’ouverture de la boite de Pandore. Demain dans les gros titres de la Gazette du sorcier une minute de silence serait observée pour le décès de cette cravate exceptionnelle. J’en riais intérieurement pendant que de mon côté je maudissais le professeur, car j’avais trop froid à cause de son sortilège. Mon bras était comme ankylosé. Les extrémités étaient froides. Un instant je crus même que j’étais paralysée. J’envisageais alors de me servir de mon bras droit, bien que je ne fusse pas assez entraînée pour la chose. Un nouveau projet naquit alors en moi. J’allais passer quelques-unes de mes heures à devenir droitière. Après tout, je devais me parer à toute éventualité, et d’après ce que j’en savais ma mère elle-même avait déjà mis au point ce genre de technique. On ne sait jamais quel genre de sortilèges peut venir vous tomber sur le bras. Je pourrais toujours faire de cette future capacité un élément de surprise dans les duels. Puis un autre contre mon oncle. Quoique là encore j’avais un obstacle de taille à surmonter : le fait qu’il soit legilimens.

Mon bras s’était abaissé une fois le lien rompu. Je massais rapidement mon bras pour lui redonner de la chaleur et de la contenance. Je haïssais le froid. De toute évidence, je n’avais pas assez réchauffé l’atmosphère pour éviter de subir une partie de son Glacius. C’est alors qu’il me fixait du regard sans que je ne sache réellement ce qui veuille exprimer que je compris qu’il allait riposter. Et que la riposte pourrait faire mal. Je comprenais même d’avance qu’il me faudrait choisir la solution de la protection plutôt que celle de l’attaque. Mais comme j’étais encore dans l’optique de rendre le duel un peu plus exotique qu’à l’accoutumée, je décidais de bannir le protego de mes lèvres. Non j’avais meilleur en stock. Si le protego était le sort de base de la défense, nous en avions appris d’autres. Comme ceux pouvant nous permettre de faire apparaître des objets par exemple… Lorsque j’entendis son expelliarmus mon intuition ne fit que se confirmer. L’éclair de lumière avait jaillit vers moi à une vitesse phénoménale. Mon sort était déjà présent dans ma tête. Tout comme je savais aussi que je ne le formulerais pas. L’effet de surprise, encore et toujours. C’est pourquoi lorsque l’éclair devait être au milieu de l’estrade, mon bras gauche décrivit un arc de cercle. Ce mouvement fit tinter mes cheveux de glaces. Ce faisant, je retenais mon souffle, espérant que le sortilège fonctionne. Pour être honnête, il n’y avait pas de raison que je ne réussisse pas. Faire apparaître des objets de cette envergure était devenu à ma portée depuis la septième année. Ainsi, je m’attendais à voir apparaître un voile opaque depuis l’extrémité de ma baguette décrivant le cercle jusqu’à mes pieds. Et de ce voile, un mur de briques rouges et jointives devait de matérialiser sous mes yeux. Je tentais l’originalité. Après tout, j’étais là pour m’entraîner. Pour tester. Pour me tester. C’était le seul moment où mes erreurs de choix ne pourraient pas m’être fatales. La seule chose que je pouvais éventuellement avoir à sauver c’était l’honneur, le fait d’en ressortir victorieuse. Je convoitais certes la place de meilleure duelliste du club, mais à la fois, mes desseins allaient au-delà de toutes ces futilités scolaires.
Le mur ne devant pas tarder à faire son apparition devant moi, et devant faire toute ma hauteur, je pris tout de même la précaution de me recroqueviller un petit peu sur moi-même. On ne savait jamais. Le mur pouvait être trop petit. Il pouvait y avoir un ricochet malencontreux. Je ne voulais pas me faire désarmer sans avoir riposté.


DON'T JUDGE ME
©️ ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Illusions
Maître du jeu. Décide & éxécute.
avatar
Maître du jeu. Décide & éxécute.

ϟ Parchemins : 486


MessageSujet: Re: Défi : Dorian vs Synthia   Lun 1 Avr - 13:54


Intervention d'Illusions


Miss Eden Grey réalise un sortilège parfait. Le mur apparait comme il se doit. Il est solide. Malheureusement pour elle, le sortilège de Monsieur Quiguer est extrêmement bien lancé. Son expelliarmus transperce les briques, Miss Eden Grey se verra désarmé. Cependant, Illusions rend honneur à l'inventivité de Miss Eden Grey, une partie du sortilège du professeur va être réfléchie vers l'envoyeur. Monsieur Quiguer sera lui aussi désarmé.

La parole est à Miss Eden Grey. Illusions n'interviendra plus durant ce duel. Pour ce qui est du professeur Filztter aucune intervention de sa part n'est à prévoir, mis à part l'annonce du match nul.


Revenir en haut Aller en bas
Synthia Eden Grey
Ambitieuse préfète de Salazard. Ruse, pouvoir & responsabilités
avatar
Ambitieuse préfète de Salazard. Ruse, pouvoir & responsabilités

ϟ Parchemins : 1634
ϟ Célébrité : Juno Temple



MessageSujet: Re: Défi : Dorian vs Synthia   Jeu 4 Avr - 19:57

Comme j’avais prévu, le mur se matérialisa sous mes yeux. Je me voyais assurée d’une contre-attaque qui en plus d’être originale et excellemment exécutée serait efficace. Le sortilège allait rebondir dessus, pour aller s’échouer sur les parois invisibles de l’arène magique de la directrice. Je me permettais quelques secondes d’observation vers ma création magique. J’avais de quoi être fière de moi. Je trouvais vraiment la performance surprenante, j’espère alors que cela aurait le don de faire réfléchir un peu le professeur sur mes capacités. Me concernant c’était dans tous les cas une nouvelle arme que je venais d’ajouter à mon panel de défense. Cependant, lorsque j’entendis l’expelliarmus, l’entendis seulement, car oui je ne le voyais pas puisque je m’étais réfugiée derrière mes briques ; lorsque je l’entendis un doute me traversa l’esprit à propos de mon enchantement. Je sentais que je n’y avais pas mis assez de cœur à l’ouvrage. C’était la première que j’en usais lors d’un duel et voilà que je m’étais laissée emporter bêtement par cette nouveauté. J’avais l’intuition que cela n’allait pas se terminer comme je l’espérais. Je me redressais alors, mais tout alla si vite que mon ambition de lancer un protego d’urgence fut réduite en cendres en même temps que le trou se fit entre les briques. Avant même que l’image arrive, je voyais la fin arriver. Ma fierté descendit en flèche. Je n’avais pas su garder mon sang-froid. Ce sang-froid si légendaire de mon oncle et de mon père. Pourquoi fallait-il que je n’aie pas hérité au moins de cela des Grey ? J’avais gardé l’impétuosité et le manque de canalisation de ma mère. J’avais les idées et les sortilèges, mais pas la totale capacité de tout diriger en un sens. Je m’étais laissée avoir par moi-même. Et j’avais de surcroît par la même occasion sous-estimé la rage de mon adversaire.
Sous mes yeux la scène se passa au ralenti. Pourtant ce n’était que l’histoire de quelques secondes. À peine. Un choc que je détestais me traversa le bras. Comme de l’électricité. Ma baguette m’échappa des mains alors que vainement je l’avais serré de toutes mes forces. L’être humain ne peut pas grand-chose contre la magie. Force était de le constater et dans le cas présent de l’accepter. Je n’avais jamais imaginé perdre le duel de la sorte. Je n’osais même pas regarder ma baguette qui venait de rouler derrière moi. Non, je regardais mon mur, toujours droit, mais avec ce trou béant à l’intérieur. Puis mes yeux glissèrent vers le professeur. Je fis une découverte des plus inattendues. Il n’avait plus sa baguette en main. J’étais béate. Je regardais à droite à gauche à ses pieds, par Merlin, il avait été désarmé lui aussi ! Je n’avais pas fait mon sortilège en vain. Si je n’avais pas calculé sa force à lui, je n’avais pas non plus prévu que mon mur puisse être capable de refléter un sortilège. J‘étais perplexe par ce résultat. D’ailleurs, je regardais la directrice histoire de chercher une explication vers elle. Elle ne me fit pas un signe, ne me dit pas un mot à moi en particulier, ses lèvres articulèrent cette phrase : « Vous êtes tous les deux vainqueurs, ou perdants. » Quelques mots secs posés là, un geste de la main droite pour faire disparaître l’arène magique et elle partit. Comme toujours, elle ne s’attardait que très rarement et elle ne cumulait pas non plus les duels sur un même jour.

Un sourire naquit alors sur mes lèvres. J’étais certes perdante. Cette fin ne me plaisait guère. Je n’avais pas su avoir le contrôle total de mon pouvoir. Encore une fois et comme toujours, j’étais en quelque sorte sous le joug de la malédiction maternelle, celle de laisser l’énergie se dissiper inutilement. Je lançais brièvement un regard au professeur Quiguer qui était encore là. Heureusement, car je ne comptais pas le laisser filer sans lui parler. Mon envie de proposition inédite était toujours bien présente dans mon esprit. Encore plus parce qu’il avait su me mettre qu’à moitié en échec. La prochaine fois que je lancerai ce sortilège, je saurai comment faire pour qu’il ne faiblisse pas de la sorte. Mais pour se faire, il fallait qu’il y ait une prochaine fois. Et je tenais à ce qu’elle se fasse avec le même adversaire. Il avait su me transporter malgré le peu d’échanges que nous avions réalisé. À ce propos, j’étais quelque peu déçue qu’il ne dure pas plus longtemps. J’aurais tellement voulu en voir plus de sa part. Savoir s’il avait cette étincelle de folie qui rendait les affrontements magiques plus intéressants. Un seul duel à part celui-là avait réussi à me donner cette illusion d’euphorie. C’était l’année dernière contre Winnfield. La Poufouffle là. Celle qui parle trop. Elle avait eu une technique bien à elle ; mais je devais lui reconnaître ça : cela m’avait impressionné.
Je me retournais pour aller récupérer ma baguette. Elle était là, elle m’attendait, en équilibre sur le rebord de l’estrade. Je me disais bien que je ne l’avais pas entendu tomber. Je m’abaissais. Mes doigts se refermèrent sur elle. J’espérais alors que le tremble dans lequel elle avait été taillée avait su se contenter de mon maigre duel. Ma baguette était faite pour ce genre d’exercice, autant que moi d’ailleurs, je ressentais comme des pulsations venant d’elle lorsque je me battais. Un sentiment de cohésion que j’aimais ressentir, encore une des raisons nombreuses qui me poussaient à venir m’entraîner d’arrache-pied ici. Je me relevais et je regardais à nouveau le professeur. Lui aussi avait visiblement été récupérer sa baguette magique. Mon mur avait disparu, ne laissant qu’un peu de poussière derrière lui, j’avançais là où il se dressait auparavant. J’avançais vers Monsieur Quiguer. J’allais lui parler. Tout le monde était parti, il ne restait plus que nous deux. Je pouvais alors parler sans crainte que l’on me dénonce de mettre un professeur dans l’illégalité. Imaginez un peu la tête des rumeurs si on avait des preuves tangibles concernant la désobéissance de la préfète de Serpentard ! J’étais prête à prendre la parole, lorsque je le vis descendre de l’estrade, quitter la salle à grandes enjambées, le tout sans se retourner.

« Mais… », non mais oh, attendez professeur. Et mon discours alors ? Prise au dépourvu je restais tel un piquet sur mon estrade, regardant l’ouverture de la porte désormais vide. Puis un coup de fouet. Je sautais de l’estrade. Je devais le rattraper. Je courrais presque dans le couloir, baguette à la main et cheveux encore gelés. « Professeur, attendez ! », dis-je lorsque je pensais apercevoir sa carrure au détour d’un couloir. Mais où est-ce qu’il allait comme ça ?


DON'T JUDGE ME
©️ ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Défi : Dorian vs Synthia   

Revenir en haut Aller en bas
 

Défi : Dorian vs Synthia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mauvaise journée... [PV Dorian!]
» le portrait de Dorian Gray
» I'm Back [Dorian & Enora]
» Dorian Syrdahar
» Présentation de Dorian Nogueira [Validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mutinlutin Malinpesti :: Entre les murs de Poudlard :: Etages :: Deuxième étage :: Club duel-