AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Heure de colle + Owen et Hope

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Illusions
Maître du jeu. Décide & éxécute.
avatar
Maître du jeu. Décide & éxécute.

ϟ Parchemins : 486


MessageSujet: Heure de colle + Owen et Hope   Dim 12 Mai - 20:47



Heure de colle, Hope & Owen

Salle d'escrime, en fin de journée, avant le repas du soir.
« Depuis la rentrée, les cours d'escrimes défilent comme passent les jours. Les élèves s'entrainent, le matériel est utilisé, les pantins d'exercices sont mis à contribution. Dont le fameux pantin à la réputation étrange, celui qui n'aurait jamais perdu de duels depuis sont entrée dans la salle. Fier de ses nombreuses victoires, le voilà devenu totalement incontrôlable. Armée de son fleuret, il prend pour cible tout ce qui bouge. Pantin créé pour l'escrime, il est totalement insensible à la magie, c'est pourquoi le seul moyen de le mettre hors d'état de nuire est de le toucher à son tour. Au centre d'une cible qui se trouve sur son poitrail. On souhaite bonne chance aux pauvres élèves malchanceux qui n'ont pas respecté le règlement...  »


Les collés : Owen Grey & Hope L. McGwen
Raison de la colle : Soirée illégale dans le labyrinthe, utilisation de sortilèges.
Premier intervenant : Hope L. McGwen
Personne de garde : Dorian Quiguer qui a été le premier à envoyer un mp à Illusions, il fait gagner 10 points à Serpentard.


Explications & conseils & contraintes.
x. Vos baguettes magiques ne servent strictement à rien. Le pantin de bois est totalement insensible.
x. Pour le toucher, vous avez à votre disposition les trois armes utilisées en escrime et disponible dans la salle : le fleuret, la dague et l'épée.
x. Ce n'est pas vous qui déciderez si vous toucher votre cible, mais le dé OUI/NON.
x.  Il vous est possible de tenter de le toucher deux fois dans le même post. Mais attention à ne pas oublier de lancer le dé deux fois.
x.Vous devez toucher le pantin 10 fois pour le mettre hors d'état de nuire.


x. Conditions pour terminer la colle : Vous devez toucher 10 fois le centre de la cible qui se trouve sur le pantin.


La question à se poser lorsque je lance le dé.
x. Comme dit plus haut, il vous faudra lancer le dé OUI/NON à chaque fois que vous essayez de toucher le centre de la cible.

Est-ce que je viens de toucher le centre de la cible ?
x. OUI. Il ne vous reste plus qu'à continuer jusqu'à la fin.
x. NON. Le pantin a bougé ou il vous a esquivé. Dommage, vous devez retenter votre chance.


A consulter pour mémoire.
Fonctionnement des heures de colle + Fonctionnement des dés



Revenir en haut Aller en bas
Hope L. McGwen
L'esprit de Rowena. Sagesse & érudition.
avatar
L'esprit de Rowena. Sagesse & érudition.

ϟ Parchemins : 1164
ϟ Célébrité : Astrid Bergès-Frisbey



MessageSujet: Re: Heure de colle + Owen et Hope   Ven 24 Mai - 14:58

J’hésite à en rire, de cette situation. J’hésite à rire devant cette série de convocation et d’heures de colles, depuis le mois de Septembre. A la réflexion, c’est contre nature – la fausse, celle de l’être humain. Je n’ai jamais été de ceux qui les cherchent, plutôt de ceux qui les distribuent. Et voilà qu’en un mois de temps, je les enchaîne. Soirée illégale dans le labyrinthe et utilisation de sortilèges. Tels sont les motifs d’inculpations tant et si bien que je me demande si je n’aurais pas dû les laisser à leur pauvre destin ( destin de mes plantes ) au lieu d’aller à leur rencontre, lumos à l’appui. Mais ce qui me frappe le plus, c’est le ridicule de la situation – au final. Jamais je n’ai pensé passer autant de temps en la compagnie du lion de nous deux ; ambiance tendue dans les airs, comme le résultat d’un glacius qu’on nous aurait jeté. Au final, je me surprends à penser que j’ai raison : ce que je dois traîner, c’est une malédiction. Tous ceux que j’apprécie finissent par partir ou par changer leur cape d’épaule. Du moins, je le pense, je le crois. Déception.

Parchemin dans la main, je pénètre dans la salle d’escrime – lieu de la punition. Un coup d’œil sur la gauche, je découvre Quiguer venu là pour superviser l’ensemble, toujours coincé dans son costume italien et sa cravate nouée. Je soupire, ai déjà envie de faire demi-tour. Les cours d’histoire de la magie : passe encore. Mais lorsque le professeur est persuadé que vous êtes un de ces qui se la coulent douce : de mon côté, ça coince. Je grimace, observe un instant le pantin en question. Le pantin que lui, Grey, et moi devons stopper – alors que celui-ci est invincible. Prétendument invincible. Je doute pourtant de le toucher un jour ; l’escrime n’est pas mon fort, je n’ai encore jamais tenté. Du coin de l’œil, j’examine le squelette se dandiner devant nous, nous mander d’aller à l’assaut – je souffle. Penchant la tête, je tente de comprendre ce qu’il a dans les mains avant de me rendre compte que, le fleuret, ce n’est pas pour moi. A chacun de ses mouvements, la pointe oscille. Me file le tournis. Je n’arriverai pas à le manier. Contre le mur, une épée me fait de l’œil. Mais même si l’entraînement de batteuse peut m’être utile, je doute de pouvoir tenir la cadence. Cadence de mes pas, de notre danse alors que – je le sais – je ne le toucherai pas. Me reste comme unique choix la dague ; pratique bien plus corps à corps, nécessitant de se rapprocher un peu plus. Finalement, celle qui va prendre les coups, c’est bien moi. Je souffle encore une fois, m’assieds sur le sol préférant – et de loin – être aux serres. Ou dans la salle commune. Dans cette position, j’observe les déplacements de notre ami qui s’en va toujours braillant. Quelques minutes plus tard, c’est Grey mâle qui finit par entrer dans l’arène.

- Juste à l’heure. Bonjour déguisé, qu’il ne m’en veuille pas. De toute façon, il doit bien se douter que les effusions d’affection, ce n’est certainement pas moi. Je finis par me relever avant de jeter un coup d’œil au professeur silencieux. Monsieur Quiguer. Ou comment lui indiquer que, à présent, il est l’heure de débuter. M’emparant de la dague, je me place face au pantin. Et de ma condition de débutante, je ne peux qu’agir en miroir. Un pied en avant de la part du pantin, j’en fais un en arrière. S’il se déplace vers la gauche, c’est bien vers la droite que je vais. Etrange danse que voilà, dans l’attente d’une ouverture. L’ensemble ne fait que de débuter et, pourtant, la situation me met déjà sur les nerfs. Jouer comme ça, je trouve ça ridicule. Alors, pour montrer que je ne me laisse pas démonter – et qu’il n’y a pas de débutant qui tienne – j’effectue le premier assaut.

Alors, cher ami, est-ce que je viens de toucher le centre de la cible ?



PRECIOUS AND FRAGILE THINGS.
Need special handling. My god, what have we done to you ? Things get damaged. Things get broken. I through we’d manage. But words left unspoken, left us so brittle. There was so little left to give.
Revenir en haut Aller en bas
Illusions
Maître du jeu. Décide & éxécute.
avatar
Maître du jeu. Décide & éxécute.

ϟ Parchemins : 486


MessageSujet: Re: Heure de colle + Owen et Hope   Ven 24 Mai - 14:58

Le membre 'Hope L. McGwen' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Le Oui/Non' :
Revenir en haut Aller en bas
Illusions
Maître du jeu. Décide & éxécute.
avatar
Maître du jeu. Décide & éxécute.

ϟ Parchemins : 486


MessageSujet: Re: Heure de colle + Owen et Hope   Mar 11 Juin - 21:41


Tic, tac.

Deux semaines ce sont largement passées. Gryffondor vient de perdre 3 points. A partir de ce jour, le décompte des deux semaines est relancé pour Owen Grey.



Revenir en haut Aller en bas
Owen Grey
La fierté de Godric. Courage & hardiesse.
avatar
La fierté de Godric. Courage & hardiesse.

ϟ Parchemins : 175
ϟ Célébrité : Jake Gyllenhaal



MessageSujet: Re: Heure de colle + Owen et Hope   Jeu 13 Juin - 17:37

Les événements s’étaient enchainés rapidement après ma convocation chez la directrice. Lors de mon retour dans la tour des Lions, peu d’élèves étaient avisés de l’histoire. Et quelle histoire ! Le fils du ministre à utilisé un sortilège impardonnable. De toutes les conneries que j’avais pu faire, celle-ci était au summum. A côté de mes bagarres en soirée, mes tapage nocturnes et mes petits délits, j’avais sans me vanté, atteint des sommets. J’en n’étais pas vraiment fier. Et d’un autre côté, Amos l’avais bien mérité. Le problème dans ce genre d’histoire, c'est que la plupart des gens ne retiennent qu’une chose. Vous avez utilisé un sortilège impardonnable. Ils n’iront pas chercher plus loin. Je n’en avais rien à faire de ce que pensaient les autres. Qu’ils pensent ce qu’ils veulent. C'est avec un soupire, que je balançais mon sac de cours sur mon lit. Dans quelques minutes, je devais me rendre à mon heure de colle. Je regardais ma convocation : « Soirée illégale dans le labyrinthe, utilisation de sortilèges ». J’avais comme un gout amer dans ma bouche, ce qui me fit grimacer. J’étais contrarié. Pas seulement parce que j’allais devoir passer une heure de colle. J’avais déjà une certaine expérience dans ce domaine. C'était de passer cette heure en compagnie de Hope.

Je me revois dans le labyrinthe, la suivant vers le portoloin. Mes yeux ne pouvaient se détacher d’elle. J’étais dans l’attente. Une attente qui m’avait semblait une éternité. Je lui avais posé deux questions. J’attendais avec un espoir saugrenu, qu’elle allait se livrer. Me dire tout simplement : « Owen moi aussi je t’aime ! ». Ah ! L’amour quelle connerie ! J’aurais mieux fait de me casser une jambe le jour où mes yeux se sont posés sur la Serdaigle.  De mon point de vu, ses réponses, n’avais été que du « pipi de chat ! ». Pardonnez l’expression. J’étais en colère contre elle. Non, j’étais furieux. Elle m’avait dit que j’interprétais toujours de travers. Mais comment voulez-vous faire autrement avec une fille qui se livre au compte goutte. Ça rendrait dingue n’importe quel mec. Du coup, j’étais furieux contre elle, parce qu’elle ne fessait aucun effort de son côté. Et contre moi parce que je devenais faible lorsqu’elle était près de moi. Assis sur le rebord de la fenêtre de la chambre, je regardais le paysage. Le domaine de Poudlard s’étendait au-dessus de l’immense lac noire. Le temps n’était pas propice à la baignade mais au loin, je pouvais voir quelques élèves audacieux. Le soleil déclinait déjà vers l’horizon, enflammant le ciel d’une couleur proche de l’orange et du rose. Quelque seconde de reprit avant de partie vers la salle d’escrime. Une heure entière à ressasser ses dernières paroles. Qu’avait-elle dit encore ? « Les roux ne sont pas tous Ecossais ». Encore une fois, mon sang ne fit qu’un tour. Elle était venue au rendez-vous et elle m’avait vu me faire enlever. Lors de mon enlèvement, il y a avait pas de témoin. Aucune Hope McGwen n’avait été mentionnée. Je retraçais les évènements de mon enlèvement dans ma tête. Personne. Aucun Auror ne m’avait parlé d’un témoin. Pas de jolie fille dans l’histoire. J’étais arrivé à la conclusion amer que : Hope avait vu mon agression et qu’elle n’avait ni alertée les autorités et n’était pas venu à mon aide. 

Avant de rentrer dans la salle, je pris une grande inspiration. Mon regard balaya la pièce et s’arrêta sur une jolie brunette. Hope. Comment l’oublier ? En me rappelant, qu’elle n’était qu’une dégonflée. Juste à l’heure avait-elle dit. Je ne relevais pas, désirant plus que tout ne pas entendre le son de sa voix. J’en avais trop entendu dans le labyrinthe. J’avais l’esprit brouillé. Je toussais Hope et fis un hochement de tête en direction du professeur Quiguer pour lui dire simplement « bonjour ». D’ailleurs, Hope aurait pu se contenter d’un « Bonjour » comme la plupart des gens normaux. Je regardais le pantin et son fleuret près à en découdre. De mon côté, je n’avais pas envie de faire de l’escrime. Combien de fois mon père m’avait obligé à prendre des cours. Je me dirigeai vers les armes et pris une épée. Pas besoin de tergiverser, cette arme me convenait parfaitement. Je regardais Hope se lancer à l’assaut du pantin avec une certaine détermination. La Serdaigle passa à côté de sa cible. Je ne me moquais pas. En fait, je restais froid et distant. C'était mon tour. Je tenais mon épée d’une main ferme et puissante. Mon épée levait, j’étais près et frappa en direction du pantin.


Alors, cher ami, est-ce que je viens de toucher le centre de la cible ?


Dernière édition par Owen Grey le Dim 16 Juin - 14:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Illusions
Maître du jeu. Décide & éxécute.
avatar
Maître du jeu. Décide & éxécute.

ϟ Parchemins : 486


MessageSujet: Re: Heure de colle + Owen et Hope   Jeu 13 Juin - 17:37

Le membre 'Owen Grey' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Le Oui/Non' :
Revenir en haut Aller en bas
Hope L. McGwen
L'esprit de Rowena. Sagesse & érudition.
avatar
L'esprit de Rowena. Sagesse & érudition.

ϟ Parchemins : 1164
ϟ Célébrité : Astrid Bergès-Frisbey



MessageSujet: Re: Heure de colle + Owen et Hope   Mer 26 Juin - 13:52

Il est entré, comme ça, sans un bruit. Il est entré, sans prendre le temps de répondre, sans même oser ouvrir la bouche – j’en ai serré les poings. Ca, tout cela, ce n’est qu’une connerie grandeur nature. Une aberration dans tout raisonnement scientifique ; avant que Schrödinger ne daigne mettre la main à la pâte pour nous déposer entre les griffes un chat vivant et mort à la fois. J’en souffle. De toute manière, Schrödinger, je ne le connais pas. Ses travaux auraient pu être aussi importants que ceux de Nicolas Flamel ; je n’aurais pas relevé. Car, pour moi, son nom de famille sonne comme un triste « meurt ». Meurt en silence, meurt en paix ou dans la haine – pour l’heure, je ne retiens pas.

Ce que je retiens, plutôt, c’est tous les malentendus. Toutes les phrases non dites et les incompréhensions. Je me sais souvent inintelligible – mais j’espérais qu’il savait lire entre les lignes. Rajouter les mots manquants. Et passer outre mes réflexions. Je suis comme ça : à moitié franche pour ce qu’il ne faut pas et silencieuse lorsqu’on attend de moi que je m’exprime. Je dois avoir le cerveau monté à l’envers, une logique optimale atteinte dans l’illogisme et, surtout, une complaisance dans l’affrontement. Autant l’avouer, affronter les gens et se faire écraser ( ou écraser les autres ) : un passe-temps. Si certains préfèrent compter le nombre de confettis présents dans la perforeuse, pour ma part, j’affectionne le rentre-dedans. L’autre rentre-dedans, pas celui qui nécessite une activité rapprochée et intense. Quoique … reprendre les gens peut mener au rapprochement. Owen s’était bien rapproché une fois, deux fois même – et peut être plus. Mais à chaque fois, j’avais effectué un pas en arrière, prête à rire à gorge déployée. Je le répète : c’est n’importe quoi.

J’ai manqué la cible. Les cibles. Le pantin et là où je voulais en venir avec lui, avec Owen. Du coin de l’œil, je remarque que Dorian ne décroche pas. Il ne décroche pas de ses pensées, bien trop attiré par sa cravate que par ce qu’il se passe. A la réflexion, je me demande ce qu’il veut bien venir faire ici – ça lui apporte quoi de venir surveiller deux élèves qui viennent faire joujou avec un pantin désarticulé ? J’en souffle encore une fois, ai déjà envie d’abandonner. Pourtant, voilà que la relève est assurée – en quelques sortes. Et j’ose croire, l’espace d’un instant, que le Gryffon de nous deux mettra fin à la comédie. Son épée en l’air, j’abaisse ma dague pour le regarder. Il l’abat – et là encore, j’y crois. Mais rien. Il ne se passe rien. Rien de suffisant pour que cela ne mène à quelque chose : seul le pantin se met à rire, sûr de lui. Avançant d’avant en arrière, soudain plus menaçant, il prend confiance et nous demande de venir l’affronter si nous l’osions. J’en aurais bien ris, moi aussi. Pourtant, ce n’est pas tant lui que je regarde, non. Mes yeux sont fixés sur Owen qui, toujours, n’a pas décroché un mot. Ni même le plus petit des sourires. J’aimerais savoir ce qu’il se passe dans sa tête pour qu’il tire à ce point la tête – j’ai tout de même ma petite idée. Là encore, ça doit être à cause de moi. Convergence de tous les problèmes, il faut croire – rageant. Je penche la tête, cherche la formule idéale pour entrer en contact – pour lancer la conversation, disons. Rien. Mon esprit se fait muet ; je ne détiens pas de réponse pour ce genre de situation.

- Sont condamnés à mourir au combat ceux dont l’esprit s’égare !
Je tourne rapidement la tête, subissant l’assaut du pantin. Je serre les dents, effectue un pas en arrière devant le Don Juan – le pantin, hein, il a comme des allures de Don Quichotte. Appelons-le Don Quichotte, donc.
- Fuir ne résout pas les soucis, jeune fille. En garde !
Tant bien que mal, je me mets en garde contre lui, n’ayant strictement aucune idée de ce que les conventions veulent bien. Un autre pas en arrière histoire de prendre mes appuis. Un pas sur le côté, par la suite – à croire que ce n’est qu’une vaste danse, une vaste plaisanterie. A mon tour d’attaquer le pauvre pantin, dague maladroitement tendue vers l’avant.

Et cette fois-ci, petit être, t’ai-je touché ?


Je me pose la question, aussi, arquant un sourcil. Car, pour l’heure :
- C’est n’importe quoi.
La situation. Ca, tout ça. Encore une fois.



PRECIOUS AND FRAGILE THINGS.
Need special handling. My god, what have we done to you ? Things get damaged. Things get broken. I through we’d manage. But words left unspoken, left us so brittle. There was so little left to give.
Revenir en haut Aller en bas
Illusions
Maître du jeu. Décide & éxécute.
avatar
Maître du jeu. Décide & éxécute.

ϟ Parchemins : 486


MessageSujet: Re: Heure de colle + Owen et Hope   Mer 26 Juin - 13:52

Le membre 'Hope L. McGwen' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Le Oui/Non' :
Revenir en haut Aller en bas
Owen Grey
La fierté de Godric. Courage & hardiesse.
avatar
La fierté de Godric. Courage & hardiesse.

ϟ Parchemins : 175
ϟ Célébrité : Jake Gyllenhaal



MessageSujet: Re: Heure de colle + Owen et Hope   Mer 3 Juil - 15:49

Mon épée avait fendu l’air sans toucher le pantin. J’avais raté ma cible. Mon égo en pris un coup. Je n’aimais pas perdre. Je n’aimais pas rater ma cible. Je n’aimais pas me faire avoir par une sainte-nitouche, gueularde et frigide. De qui je parle ? De Hope. De cette Serdaigle qui est dans la pièce avec moi. Qui me tourmente par sa simple présence. J’ose un regard rapide dans sa direction. Mon cœur se serrait dans ma poitrine. J’avais envie de la prendre dans mes bras et de serrer. Peut-être même de serrer aussi fort que je le pouvais, jusqu’à ce qu’elle me supplie d’arrêter. S’il y avait des sentiments amoureux, pour l’instant ils s’étaient creusé un trou au fond de mon cœur. J’étais en colère et donc la perte de contrôle était proche. Et en même temps, je ne pouvais pas m’empêcher de penser qu’elle était belle. C’est peut-être ça qui ne me ferrais pas  Son regard, ses lèvres. Sa lâcheté ne gâchait en rien sa beauté. J’avais envie d’hurler. De lui hurler dessus.  D’hurler sur le pantin qui bougeait sans arrêt. Certainement satisfait de son manège. Un instant, j’imaginais balancer mon épée vers le pantin, attrapant Hope par la taille, la plaquer contre le mur et la prendre comme la plupart des garces que je rencontrais. La souiller et la jeter. Je devrais faire ça. Une vengeance. L’utiliser et la jeter. J’étais tellement en colère que j’avais des pensées obscures et obscènes. Un instant, je fermais les yeux et les rouvrit. Hope était placée devant le pantin, prête à ce lancer. Je ressemblais à une statue froide et sens expression. Je tenais mon épée, la pointe vers le bas. Sa dague lancée vers le pantin, elle ratait à nouveau sa cible. Toujours pas de moquerie de ma part. Juste un masque de froideur, ne montrant aucune émotion. Pour une fois, je remerciais mon éducation rigide. Mon père ne cessait de me répéter que ce laisser à ses émotions étaient une faiblesse. S’il devait y avoir des émotions ou des sentiments, ils devaient absolument être faux. Ne jamais montrer que l’on pouvait être affecté par quoique ce soit. Pas même pour une femme et surtout pas pour une femme. Je la regardais s’écarter du pantin.


Trop impatient de me lancer, je la bousculais avec mon bras. Ce n’était pas voulu, juste de l’impatience. Inconsciemment je lui attrapais le bras, celui là même que j’avais cogné. Mon regard se figea avec intensité dans ses yeux. Deux secondes qui me paraissaient plusieurs minutes. J’aurais voulu à cet instant, lui dire tout ce que je ressentais. Ce simple contact fit bouillonner mon sang. Une vague de colère m’envahis et les mots sortir comme un soulagement : [b style="mso-bidi-font-weight:normal"]« Est-ce que tu arrives à te regarder dans une glace le matin ? ce n’est pas trop dur de vivre avec le fait d’être une lâche ?  ».[/b] Disons, le soulagement, je les sentis que sur la seconde. Je m’en foutais de lui faire du mal. Je lui lâchais le bras. Je ne savais pas si je lui avais fait mal et sincèrement je m’en foutais. Je m’écartais d’elle, mon épée levé, la pointe vers le pantin. J’abattis mon arme par trois fois dans sa direction :

Alors pantin de malheur, t’ai-je touché en plein cœur ?
Revenir en haut Aller en bas
Illusions
Maître du jeu. Décide & éxécute.
avatar
Maître du jeu. Décide & éxécute.

ϟ Parchemins : 486


MessageSujet: Re: Heure de colle + Owen et Hope   Mer 3 Juil - 15:49

Le membre 'Owen Grey' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Le Oui/Non' :


--------------------------------

#2 'Le Oui/Non' :


--------------------------------

#3 'Le Oui/Non' :


edit hope; le nombre de "lancer de dés" étant fixé à deux seulement, le dernier oui ne compte pas. le pantin reste donc intouché
Revenir en haut Aller en bas
Hope L. McGwen
L'esprit de Rowena. Sagesse & érudition.
avatar
L'esprit de Rowena. Sagesse & érudition.

ϟ Parchemins : 1164
ϟ Célébrité : Astrid Bergès-Frisbey



MessageSujet: Re: Heure de colle + Owen et Hope   Mer 10 Juil - 16:39

Une nouvelle fois, je rate la cible. Je rate la cible et abats la dague dans les airs. Je brasse du vent, me retourne alors que le pantin en rigole avant de s’éloigner, pas de cabris à l’appui. Derrière moi, à quelques pas, j’entends le souffle d’Owen s’élever. Souffle régulier, il me donne l’impression qu’il n’en a rien à carrer de la situation. Qu’il s’en fou comme de son premier gallion. Et, étrangement, je crois que c’est ça qui a tendance à m’énerver – qui peut me mener vers l’énervement. Mais, pour l’instant, je retiens mes mots, les garde aux bords de mes lèvres. Je ne lui dirai rien, leitmotiv du jour, pour rester plus longtemps concentrée sur la tâche du jour : abattre ce maudit pantin avant de partir. De toute manière, la fuite, c’est devenu comme une seconde nature.

Le lion prend ma suite, prêt à attaquer. Mais féroce bête qu’il est, il en profite pour me bousculer. J’effectue un pas en avant pour me rattraper, me fais attraper par le bras par la même occasion. Confrontation des regards – si le sien est hargneux, le mien est rempli de mépris. Un mépris qui me vient de je-ne-sais-trop-où car, à la vérité, je ne l’ai jamais réellement méprisé. Mais afficher un masque de circonstance aide, permet de ne pas se rattacher à ses propres pensées. Pensées qui ont tôt fait d’être balayées. Souvent, je me surprends à ne plus comprendre ce que je peux bien ressentir. Pour l’heure, je ne cille pas, le fixe avec la même intensité. Connerie. Il y a des jours où j’aimerais bien m’écraser.
- Est-ce que tu arrives à te regarder dans une glace le matin ? Ce n’est pas trop dur de vivre avec le fait d’être une lâche.
Je serre les dents, le laisse passer. Si, la prochaine fois, on me dit qu’avoir peur peut être interprété pour de la lâcheté : je passe mon tour. D’un côté, qu’aurais-je du faire cette fois-là ? Prévenir les autorités, subir mille questions quant à ma présence, casser le lien que lui, lui, tentait de maintenir secret entre nous, quitte à me supprimer la mémoire ? Je secoue la tête, me dis que j’aurais mieux fait de ne pas rater mon sort. Je secoue la tête, encore, me maudissant alors qu’à la vérité, la question est : « quel lien ? ». Quel lien à la con pouvait bien exister entre nous pour qu’il le prenne aussi mal. Et que je me sente étrangement coupable et retournée. Les deux à la fois.

Le voilà qui s’avance, fait face au patin à son tour. Son épée s’abat par deux fois en direction de l’être articulée. Et par deux fois, elle manque la cible sous le rire du pantin. Et le mien aussi. Il faut bien avouer que la situation est risible, que l’ambiance pourrait être meilleure. Ca s’appelle rire nerveusement. Un triste rire qui prend les entrailles alors que je n’ai qu’une envie : le secouer pour lui faire comprendre que je n’avais pas eu d’autre choix.
- Le matin ou le soir, aucun soucis. A mi-chemin entre la définition exacte de « prendre au mot » et user de sarcasme. Foutu sarcasme qui me colle à la peau – un jour, j’apprendrai à être moins moqueuse. En attendant, j’ai mes raisons d’échouer face à ça. Provocation. Ce que je rate, pour le moment, c’est toute possibilité d’interagir avec les autres. Avec lui. Je serre encore les dents face à mon incapacité.
Puis, c’est le temps d’avancer. De se présenter face au pantin, une nouvelle fois. Ne pas regarder en arrière et frapper. Frapper par deux fois, voilà ce que je tente de faire.

Et cette fois-ci, sens-tu la dague s’enfoncer comme elle s’enfonce dans mon esprit ?



PRECIOUS AND FRAGILE THINGS.
Need special handling. My god, what have we done to you ? Things get damaged. Things get broken. I through we’d manage. But words left unspoken, left us so brittle. There was so little left to give.
Revenir en haut Aller en bas
Illusions
Maître du jeu. Décide & éxécute.
avatar
Maître du jeu. Décide & éxécute.

ϟ Parchemins : 486


MessageSujet: Re: Heure de colle + Owen et Hope   Mer 10 Juil - 16:39

Le membre 'Hope L. McGwen' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Le Oui/Non' :


--------------------------------

#2 'Le Oui/Non' :
Revenir en haut Aller en bas
Illusions
Maître du jeu. Décide & éxécute.
avatar
Maître du jeu. Décide & éxécute.

ϟ Parchemins : 486


MessageSujet: Re: Heure de colle + Owen et Hope   Mer 31 Juil - 17:32



Tic. Tac.
Deux mois se sont écoulés depuis le début de l'heure de colle. Serdaigle et Gryffondor viennent de perdre 5 points.

Deux semaines se sont largement passées depuis la réponse de la Serdaigle. Gryffondor vient de perdre 3 points. A partir de ce jour, le décompte des deux semaines est relancé pour Owen Grey.


Revenir en haut Aller en bas
Owen Grey
La fierté de Godric. Courage & hardiesse.
avatar
La fierté de Godric. Courage & hardiesse.

ϟ Parchemins : 175
ϟ Célébrité : Jake Gyllenhaal



MessageSujet: Re: Heure de colle + Owen et Hope   Mer 31 Juil - 19:40

A nouveau mon épée ne réussit qu’à passer à côté du pantin. Je n’arrivai à rien aujourd’hui. Il y avait des jours comme ça. Des jours où vous essayez d’accomplir des actes et pourtant rien ne se passe comme ça devrait. Le plus souvent, les journées « sans », était dû à mon manque de concentration. La cause ? Hope. J’étais déconcentré. « Le matin ou le soir, aucun soucis » avait-elle dit. « En attendant, j’ai mes raisons d’échouer face à ça. ». Comme à son habitude, elle ne répondait pas à la question de façon claire et nette. Toujours une réponse, empreinte de sarcasme. Et elle n’avait pas niée. Je soupirai et ressenti comme de la tristesse. Je la regardais avancer vers le pantin, sa dague dans sa main délicate. Prête et se lança vers l’ennemi. Un coup, puis deux. Elle réussit à atteindre le pantin. A atteindre mon cœur. Lorsqu’elle se retourna, j’ai eu envie de la féliciter. De lui dire « bien joué ». Je restais de marbre. Une attitude que j’avais décidé de prendre dés le début de cette heure de colle. J’avais envie que les choses soit totalement différente entre nous. Que notre relation soit différente. A chaque fois que j’avais fait un pas vers elle, elle en avait fait trois en arrière. Elle me fuyait. Et avec sa lâcheté, j’avais l’impression qu’un fossé s’était creusé entre nous. Triste d’en arriver là. C'était mon tour. Je levais mon épée et la douleur me saisit. Si les souvenirs peuvent se dissiper, les cicatrices restent. Je m’approchais de Hope. Ma voix s’était fait murmure. Je ne voulais pas que notre conversation soit entendu par le professeur … comment il s'appel encore ? On pourrait oublier son existence. « Pourquoi étais-tu venu à notre rendez-vous ? Soit franche McGwen ». Une fraction seconde, j’aurais pu tout lui pardonner. Mais ce n’était sans la présence du pantin que j’entendais s’agiter derrière mon dos. Je soupirais et me retournais vers le pantin. L’épée levée, je sentis ma main s’électriser. J'abatis mon arme puis un autre coup.


 Dit moi pantin, ton cœur saigne-il autant que le mien ?
 
Revenir en haut Aller en bas
Illusions
Maître du jeu. Décide & éxécute.
avatar
Maître du jeu. Décide & éxécute.

ϟ Parchemins : 486


MessageSujet: Re: Heure de colle + Owen et Hope   Mer 31 Juil - 19:40

Le membre 'Owen Grey' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Le Oui/Non' :


--------------------------------

#2 'Le Oui/Non' :
Revenir en haut Aller en bas
Hope L. McGwen
L'esprit de Rowena. Sagesse & érudition.
avatar
L'esprit de Rowena. Sagesse & érudition.

ϟ Parchemins : 1164
ϟ Célébrité : Astrid Bergès-Frisbey



MessageSujet: Re: Heure de colle + Owen et Hope   Mer 7 Aoû - 14:03

Il a suffi de deux coups de dague dans les airs pour que la cible soit touchée. Deux coups : le début de la réussite – n’en manque plus que huit pour que le pantin arrête sa triste mascarade. Pourtant, je n’en tire aucune satisfaction, n’affiche aucun sourire. J’ai juste envie de terminer cette heure de colle le plus rapidement possible, juste envie de partir, de quitter Owen et son mépris. Owen et son indifférence. C’est les lèvres pincées que je l’ai découvert alors que je tente d’écourter notre séjour dans la même pièce. Les lèvres pincées, seulement. Les lèvres pincées et le regard vitreux ; j’ai soudainement envie de le secouer mais me contente de le laisser passer. C’est son tour, à présent … à se demander qui de nous deux ou de l’autre, là, est le réel pantin. Pantin désarticulé, avançant sans émotion sinon celui d’écraser. Ecraser pour oublier ou écraser pour passer le temps – au final, ça revient au même. Epée en main, il avance. Sa mâchoire est légèrement crispée, je mets ça sur le coup de l’énervement car il n’a pas réussi en premier – réaction gamine mais il l’est, gamin. Il avance encore, se trouve suffisamment près. Du coin des yeux, je fixe ses lèvres entr’ouvertes qui, dans un murmure, laissent échapper quelques mots dans les airs.
- Pourquoi étais-tu venu à notre rendez-vous ? Soit franche, McGwen.
Je penche la tête, découvre mes dents blanches par un léger sourire. McGwen – ou comment, par le nom, montrer toute l’antipathie qu’on peut éprouver envers une personne. McGwen – ou le juste retour de tous mes Grey qui ont ponctué mes discours. Derrière lui, je vois le pantin s’agiter, le lui désigne d’un coup de tête. Le Gryffon soupire, part effectuer sa tâche sans recevoir une réponse de ma part ; je n’ai que fais croiser les bras contre ma poitrine. Il parait que c’est une réaction tout à fait normale, souvent interprété comme un signe je-m’en-foutiste bien qu’à la vérité, c’est juste une manière de se protéger. L’épée d’Owen s’abat par deux fois vers le pantin. Et, par deux fois, je vois sa mâchoire se contracter de nouveau – je n’ai pas rêvé. Instinctivement, je baisse les yeux vers sa main mais sa robe de sorcier la recouvre, m’empêchant de voir ce que je veux.
Le voilà qu’il s’éloigne, me laisse la place. J’en profite pour me rapprocher de lui, jette un coup d’œil discret en direction de Quiguer. Je décroise les bras, tente une dernière fois d’observer sa main – soupire, il n’y a rien à voir. Soupire, c’est à mon tour d’être franche.
- Parce que j’avais envie d’entendre une chose. Une seule chose. Et parce que j’avais aussi eu envie de le voir. De le voir et de l’embrasser – deux choses tellement ridicules, en soit. Me voilà à hausser les épaules, comme si je faisais une croix dessus. Un pas vers le pantin plus tard, j’indique sa main d’un signe de tête.
- Tu devrais rester en retrait, je peux m’en occuper.
Signe de tête en direction du pantin, à présent. Je ne sais pas encore comment. Mais je peux m’en occuper. Dague en main, je l’attaque de nouveau. Deux coups pour deux réussites ?

Est-ce que, là encore, je viens de toucher le centre de la cible ?


PRECIOUS AND FRAGILE THINGS.
Need special handling. My god, what have we done to you ? Things get damaged. Things get broken. I through we’d manage. But words left unspoken, left us so brittle. There was so little left to give.
Revenir en haut Aller en bas
Illusions
Maître du jeu. Décide & éxécute.
avatar
Maître du jeu. Décide & éxécute.

ϟ Parchemins : 486


MessageSujet: Re: Heure de colle + Owen et Hope   Mer 7 Aoû - 14:03

Le membre 'Hope L. McGwen' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Le Oui/Non' :


--------------------------------

#2 'Le Oui/Non' :
Revenir en haut Aller en bas
Illusions
Maître du jeu. Décide & éxécute.
avatar
Maître du jeu. Décide & éxécute.

ϟ Parchemins : 486


MessageSujet: Re: Heure de colle + Owen et Hope   Mer 7 Aoû - 14:12


Intervention d'Illusions
Illusions n'est pas un mauvais bougre. Deuxième page du sujet atteinte et la première réponse positive vient d'arriver. Aussi Illusions réduit le nombre de touches à réaliser à 6. Collés à vous de vous battre.


Revenir en haut Aller en bas
Owen Grey
La fierté de Godric. Courage & hardiesse.
avatar
La fierté de Godric. Courage & hardiesse.

ϟ Parchemins : 175
ϟ Célébrité : Jake Gyllenhaal



MessageSujet: Re: Heure de colle + Owen et Hope   Mar 3 Sep - 18:16

Ma question avait été un murmure, un souffle qui se voulait intime. Sûr le coup, avais-je vraiment envie qu’elle me donne une réponse franche et directe ? Déjà, ne faudrait-il pas qu’elle en soit capable. La vérité, j’étais arrivé à un point, où la tristesse et la douleur d’un souvenir marqué sur ma chaire, me fit baisser les armes. Comme en ce moment avec le pantin. Son visage, à l’issu de ma question, était marqué par ce sourire que je détestais tant. Je m’étais retourné à ma tâche. Une tâche qui fut bâclé et se finissait dans un échec cuisant. Je la laissais passer. A son tour. La Serdaigle semblait plus en vaine que moi aujourd’hui. Je surpris son regard en direction de ma main, ce qui me fit la cacher encore plus sous le tissu protecteur de ma robe de sorcier. Je ne supporterais pas son regard compatissant ou de pitié. Le mépris à la rigueur – j’avais l’habitude - mais de la pitié, non ! « Parce que j’avais envie d’entendre une chose. Une seule chose. ». Quoi ? Lors de ce rendez-vous tant de chose aurait pu être dite. L’essentiel aurait été un « je t’aime Hope », mais c'était bien avant qu’elle soit une lâche qui m’a laissée me faire attaquer. Elle me collait une de ses migraines. Je cogitais trop. « Tu devrais rester en retrait, je peux m’en occuper. ». Je me mis à ricaner. « Je n’en doute pas McGwen. Lorsqu’il s’agit de ta propre survie, tu dois être capable de te défendre. Par contre, pour aider les autres … » Je laissais ma phrase se suspendre dans le vide. Après tout, elle l’avait bien cherchée. Un coup raté, l’autre toucha sa cible. Alors qu’elle revenait vers moi, je restais à nouveau de marbre. Je m’approchais du pantin, subitement ma main se mis à trembler et la douleur se fit électrique. Hope dans mon dos, je rapprochais mon épée, et donc ma main prés de mon corps. Je serrais tellement les dents que j’avais l’impression que ma tête était coincée dans un étau. Reprend toi ! Les yeux baissaient vers le sol, je pouvais sentir Hope se mouvoir dans mon dos, entendre le souffle du professeur et cette mouche qui volait dans la pièce et se posa sur la vitre. J’avais tellement envie d’en finir avec cette heure de colle. Je regardais du coin de l’œil Hope qui s’était rapprochée. Curiosité malsaine, où était-elle inquiète ? « Tu devrais te reculer … » .  Je levais mon épée …

As-tu sentis mon épée s’abattre sur toi, pantin ?
Revenir en haut Aller en bas
Illusions
Maître du jeu. Décide & éxécute.
avatar
Maître du jeu. Décide & éxécute.

ϟ Parchemins : 486


MessageSujet: Re: Heure de colle + Owen et Hope   Mar 3 Sep - 18:16

Le membre 'Owen Grey' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Le Oui/Non' :


--------------------------------

#2 'Le Oui/Non' :
Revenir en haut Aller en bas
Illusions
Maître du jeu. Décide & éxécute.
avatar
Maître du jeu. Décide & éxécute.

ϟ Parchemins : 486


MessageSujet: Re: Heure de colle + Owen et Hope   Lun 23 Sep - 10:36


Intervention d'Illusions
Deux semaines se sont encore écoulées. Serdaigle perd 3 points. Mais qui a dit que ce serait de tout repos ?

Revenir en haut Aller en bas
Hope L. McGwen
L'esprit de Rowena. Sagesse & érudition.
avatar
L'esprit de Rowena. Sagesse & érudition.

ϟ Parchemins : 1164
ϟ Célébrité : Astrid Bergès-Frisbey



MessageSujet: Re: Heure de colle + Owen et Hope   Lun 14 Oct - 14:29

La dague cogne le pantin une autre fois ; certainement le seul objectif du jour que j’ai pu atteindre. A côté de ça, ce n’est qu’un petit tas d’échecs. Je m’étais promis de ne pas m’énerver – l’énervement se pointe sous forme de sarcasme à deux noises. Je m’étais promis, aussi, de ne rien dire et de laisser passer – mais entre deux sous-entendus, la vérité se distingue. Je souffle, tente de noyer l’information sous un flot de banalités qui tendent à être blessantes ; tant pis. Après tout, je n’ai pas rêvé. Sa main, sa main, attire mon attention. Et loin d’être de la pitié, c’est de l’inquiétude que j’éprouve. Mais de là à montrer que c’en est réellement, c’est un pas de géant qu’il faut faire.

- Je n’en doute pas McGwen. Lorsqu’il s’agit de ta propre survie, tu dois être capable de te défendre. Par contre, pour aider les autres …
Je tique sur la remarque, serre le poing sur la dague, me dis de laisser passer.
Putain.
L’attaque vient rapidement après. Un coup dans le vide, un coup sur le dur. J’en souffle. Le poing se desserre à mesure qu’un sourire naissant prend possession de mon visage. Lui, au contraire, reste de marbre – et il n’y a pas mieux pour alimenter le feu. Je sens que je deviens exécrable, peu à peu. Tant mieux, tant pis : je n’en ai rien à carrer. Echange des rôles ; le lion s’affronte de la cible. Je n’ai qu’une seule envie : que cette heure de colle se termine.
- Tu devrais te reculer…
J’hésite à ricaner, ricane pour de bon. Ben voyons. Grey se prend pour un étalon en puissance, veut prendre les devants. Ben voyons. Peut-être ne le voit-il pas ; peut-être ne voit-il pas sa main qui, lentement, se met à trembler sous mes yeux. Soucieuse – voilà certainement ce que je suis à l’instant. Mais je le laisse faire, le laisse montrer sa bravoure à Quiguer qui n’en a, apparemment, strictement rien à carrer.
Un coup dans le vide, un coup sur le dur. Le rouge & Or s’est transformé en mime ; manquerait plus qu’il attrape un de mes cheveux et le plonge dans du polynectar. Ridicule. J’effectue un pas en avant, prête à prendre la relève. Cependant, ses propos de tantôt résonnent encore dans mon esprit et quand bien même sa main me préoccupe – lui tout entier, en fait, surtout ce qu’il pense – j’ai décidé que, aujourd’hui, j’étais détestable. Ou exécrable.
Lentement, je me retourne, tourne sur moi-même, talons glissant contre les dalles du sol. Un pas en avant pour me rapprocher, non pas du pantin, mais de Grey. J’évalue la distance. Un pas en arrière pour m’en éloigner.
- Si ça ne te dérange pas, en quoi ça le dérangerait aussi ? Pour sa main ? j’aimerais te laisser terminer.
C’est décidé, je n’attaquerai pas. Réaction d’une gamine qui, simplement, se sent prise en faute.


PRECIOUS AND FRAGILE THINGS.
Need special handling. My god, what have we done to you ? Things get damaged. Things get broken. I through we’d manage. But words left unspoken, left us so brittle. There was so little left to give.
Revenir en haut Aller en bas
Owen Grey
La fierté de Godric. Courage & hardiesse.
avatar
La fierté de Godric. Courage & hardiesse.

ϟ Parchemins : 175
ϟ Célébrité : Jake Gyllenhaal



MessageSujet: Re: Heure de colle + Owen et Hope   Sam 19 Oct - 7:58

A chaque mouvement de ma main, la douleur, tel un champ électrique, se frayait un chemin dans mon bras. Remontant sans discontinue vers ma tête. J’avais l’impression que mon cœur s’était arrêté dans ma cicatrice devenu de plus en plus boursoufflant. Il y avait des semaines, qu’elle ne m’avait pas faites autant mal. Une à deux fois par semaine, je me rendais à l’infirmerie en compagnie de Miss Jones. Notre délicieuse infirmière prenait un soin particulier à me bander la main. Mon épée avait fendu l’air ratant le coche une nouvelle fois. Avec un effort surhumain, je retentais un coup qui toucha enfin ce maudit pantin. Le soulagement et la satisfaction de l’avoir touché ne fut que de courte durée. Une douleur vive reprit de plus belle. Cette heure de colle était une véritable torture. Que ce soit la douleur ou la présence de Hope. Une torture d’être à cette heure de colle. Quand finira-t-elle ? Je baissais mon épée et laissa ma place à la Serdaigle. Soudain, elle se retourna et glissa vers moi. Je me raidis, m’attendant à une réplique cinglante. Elle voulait me laisser son tour. Je restais un moment silencieux, inspirant profondément, la contemplant. Qu’est ce que c'était cette réaction de bouse de dragon ? Je savais qu’elle avait vu ma main. Elle le fessait express pour que je souffre encore plus. Après être une lâche, voilà qu’elle montrait un nouveau visage. Celui de la perversité. J’aurais pu tout lui pardonner, l’aimer tout simplement. Aujourd’hui, c'était différent. Je lui en voulais trop. Je me souviens encore de la première fois que mes yeux s’étaient posés sur elle. Avec son air froid, cela ne m’avait pas arrêté à la trouver jolie. Son parfum me parvenait doucement comme le souvenir d’un baiser sous la pluie. Le regard pénétrant, je la sondais. Elle était complexe et moi intransigeant. Je me rapprochais d’elle, désirant pour la dernière fois la sentir. La douleur était électrique mais cette approche l’était tout autant. Cette proximité, je la voulais juste une dernière fois. Je me penchais vers elle « Comme tu veux … » disais-je froidement. Ne parvenant pas à être plus doux, plus conciliant. Elle-même ne l’était pas. Armé de mon épée, je contournais la jeune femme. Ma main tremblait et ma tête commençait à me tourner. J’étais prés, fier et déterminé à en finir avec ce pantin.
Je levais mon épée :

Alors pantin, t’ai-je touché ?

Brusquement, je sentis mon corps se raidir par la douleur. Je ne pouvais plus bouger, plus réfléchir. L’épée m’échappa des mains et tomba dans un tintement sonore sur le sol. Ma main refusa de tenir l’arme. Je capitulais, et mon orgueil en prit un coup. Un sacré coup. La fautif Hope, toujours et continuellement Hope. Le souffle coupé, je me retournais vers la jeune femme sans un regard et me dirigea vers la sorti. Je n’en pouvais plus de toutes ses conneries. Je sorti de la pièce sans attendre le moindre commentaire du professeur. Je sorti et m’éloigna de celle qui avait brisé un partie de moi. Qui avait brisé mon cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Illusions
Maître du jeu. Décide & éxécute.
avatar
Maître du jeu. Décide & éxécute.

ϟ Parchemins : 486


MessageSujet: Re: Heure de colle + Owen et Hope   Sam 19 Oct - 7:58

Le membre 'Owen Grey' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Le Oui/Non' :
Revenir en haut Aller en bas
Hope L. McGwen
L'esprit de Rowena. Sagesse & érudition.
avatar
L'esprit de Rowena. Sagesse & érudition.

ϟ Parchemins : 1164
ϟ Célébrité : Astrid Bergès-Frisbey



MessageSujet: Re: Heure de colle + Owen et Hope   Mer 25 Déc - 20:38

C’est bas et mesquin, je le sais. Mais en attendant, aucune autre idée ne me vient à l’esprit sinon de me défendre de manière acide. Les mots sont sortis sans que je n’ai eu le temps de penser aux conséquences. Je m’en mords les lèvres alors que ses yeux, impavides, me dévisagent d’un air étrange. J’ai la soudaine envie de revenir sur mes propos, de m’excuser une énième fois (une première fois, plutôt, et dans les règles) et de faire revivre cet étrange moment sur l’île de Bronwsea – ou whatever, le nom m’échappe alors qu’en échange, je contemple le lion de nous deux. Savoure cette proximité. La hait aussi ; voilà que j’ai envie de prendre la poudre de cheminette et de disparaître au plus vite.
Bon.
- Comme tu veux…
A sa voix froide, je souffle. Commence sérieusement à m’en vouloir lorsque je découvre que sa main tremble encore. Et s’il est encore possible de revenir en arrière, par l’inaction, je laisse ma chance passer. Comme je veux, voilà. Toujours comme je veux. Pour une fois… Je ne sais toujours pas ce qui me pousse à garder cette idée en tête, à ne pas vouloir fléchir – alors, qu’entre nous, ça aurait été plus simple. Et la bonne solution. Le voilà qui me contourne, abat son épée sur le crâne de la victime. Deux coups. Deux victoires – le pantin s’arrête. Fin du jeu, game over. J’hausse les épaules – un pas mal au bout des lèvres – alors que je n’aurais pas pu faire mieux. J’hausse les épaules et entends le tintement sonore de l’arme (son arme) sur le sol. Je n’arrive pas à analyser : lâche-t-il l’arme car le travail est fini ? Ou le fait-il car sa main le fait trop souffrir ?
Mon esprit me souffle que c’est la deuxième option mais, étrangement, je me raccroche à la première. C’est plus simple, pour moi, de me dire ça. Pas de reproches, pas de culpabilité – bien qu’elle soit là, sous-jacente, la culpabilité. Je l’ai bien vu, trembler encore. Mais trop fiers, ni lui, ni moi ne l’admettrions. Ce genre de mots, ça blesse le pourtour des lèvres, ça reste coincé au fond de la gorge avant de s’encrasser sous la poussière et empâter toute relation.
Relation qui n’existe pas, d’autant plus, me rappelle un cœur qui se serre. Et merde. Du coin de l’œil, je le regarde l’éloigner, sans bouger. Comme ce pantin, coincé au milieu de la pièce. Comme Quiguer, aussi, qui ne prend pas la peine de bouger. Allons bon… Sans attendre trop longtemps, je dépose la dague avec le reste des armes. Ramasse l’épée de Grey, reste à songer quelques instants à ce que j’aurais mieux fait de dire. Et puis, c’est la fin. En quittant la pièce, je ferme le rideau sur ces autres erreurs accumulées, sur ces mots que j’aurais mieux fait de laisser filtrer.
Tant mieux, tant pis : on ne me refera pas.


PRECIOUS AND FRAGILE THINGS.
Need special handling. My god, what have we done to you ? Things get damaged. Things get broken. I through we’d manage. But words left unspoken, left us so brittle. There was so little left to give.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Heure de colle + Owen et Hope   

Revenir en haut Aller en bas
 

Heure de colle + Owen et Hope

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une heure de colle ? Non j'ai une meilleure idée...
» Heure de colle.... NENEC 'EST ?
» L'heure de la colle...
» Flip 7 ans1/2, adorable pot de colle - cani seniors - DECEDE
» La loi Hope, est-ce une solution? et IT?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mutinlutin Malinpesti :: Entre les murs de Poudlard :: Etages :: Sixième étage :: Salle d'escrime-